Partagez | 
 

 Leçon n°2 : Réfléchir ne tue pas, mais rend plus fort ! (Pv Wayne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Espionne

avatar
Illyana Calderone

Âge : 29
Métier : Espionne


Feuille de personnage
Métier: Espionne
Âge : 29 ans
Inventaire:

MessageSujet: Leçon n°2 : Réfléchir ne tue pas, mais rend plus fort ! (Pv Wayne)   Ven 4 Déc - 11:26

Le vent faisait voleter les cheveux de la belle, malgré le fait qu'ils étaient attachés en une longue queue de cheval. Les dompter n'était pas chose simple, mais lorsqu'elle avait quelque chose en tête, rien ne l'arrêtait réellement. Elle était là, ses yeux d'un vert pur regardant le ciel avec une certaine curiosité toute enfantine et pourtant pas tant que cela. Il n'y avait rien dans son regard, ça ne pétillait pas, ça ne luisait pas, rien, aucune émotion, rien qui puisse déterminer qu'elle pensait à quelque chose. La silhouette était d'ailleurs figé, droite malgré le fait qu'elle soit accroupit, cela ne semblait pas la déranger. On aurait pu croire qu'elle était morte, s'il n'y avait pas ce mouvement de la poitrine qui disait qu'elle respirait. Pour être autant immobile, elle ne pouvait avoir reçu qu'un entraînement militaire, s'était la seule raison. Pour un observateur extérieure, la jeune fille était étrange, sans qu'on sache réellement ce qu'elle faisait ici, elle ne bougeait pas, ne faisait qu'observer et chaque fois que quelqu'un la regardait, elle ne cillait même pas, concentré sur ce qu'elle faisait. Personne ne savait ce qu'elle venait chercher ici. Mais Illyana elle, savait ce qu'elle venait chercher ici. Depuis la première fois qu'elle avait mis les pieds dehors, elle avait voulu revenir. Cependant, il y avait toujours plus de mission, toujours plus de secret, toujours plus de données à récolter et donner à ses supérieurs. Elle n'avait eu que peu de temps pour elle et après la fiasco du maire, elle avait décidé de n'en faire qu'à sa tête. Au diable son interdiction d'aller dehors, elle était une fille de l'ombre, une de celle à qui on ne refuse rien, surtout parce qu'on ne la voyait pas aller et venir.

Alors, elle avait laisser derrière elle ce qu'elle faisait ce matin, s'était à dire pas grand chose. Son binôme n'était pas là, et le seul qu'elle aurait aimé avait décidé de quitter l'armée depuis un certain temps. S'était aussi pour cela qu'elle avait besoin de sortir de voir autre chose, de ne plus être assaillit par tout ce qu'elle entendait, par tout ce qui se disait, par tout ce qui se passait dans cette ville. Depuis les restrictions, les esprits avaient une grosse tendance à s'échauffer, cela ne leur plaisait pas et l'espionne avait pu remarquer que cela ne plaisait pas plus aux combattants de devoir faire des double services encore et toujours pour que cela n'apporte rien. Elle en avait eu assez. Quitter l'entraînement n'avait pas été compliqué, personne ne faisait réellement attention à elle et cela depuis un certain temps. Tout le monde connaissait son caractère froid et distant et chacun savait que l'approcher s'était probablement sortir totalement glacé. La jeune fille le savait et elle ne pouvait qu'apprécier les efforts de ses camarades qui ne se forçaient pas à l'approcher. La fuir était plus simple, ça l'arrangeait. Elle s'était donc glisser dans les ombres de la ville, les suivant aussi facilement que si elles étaient des extensions d'elle-même. Passer les gardes ne fut pas bien compliqué non plus et elle fût dehors en un clin d’œil.

Elle passa tranquillement la zone réservé aux exilés. Ces humains qui on ne savait pour quelle raison s'était retrouvé jeté en dehors de la ville. Plus le temps passait et plus l'espionne se demandait si ce n'était pas dû au fait que cela déplaisait au maire. Des gens trop important, dont les opinions comptaient, qui pourrait vouloir d'eux dans la ville si le but était de la transformer en troupeau de mouton. Tu dis oui, alors je dis oui, voilà ce que le maire attendait de ses citoyens, sauf que ces derniers temps, les râleries s'intensifiaient et avec elle, la prise de conscience de certain et notamment de la télépathe. Elle n'arrivait déjà pas à sentir le maire, mais ces derniers temps, s'était de pire en pire. Elle restait chez les combattants parce qu'elle voulait protéger le peuple, cependant... quelque chose n'allait pas et elle n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Mais le pire dans tout cela s'était qu'elle avait l'impression de perdre son ami. Le seul et unique ami qu'elle s'était fait et qu'elle voulait gardait, sembler croire qu'elle n'en avait rien à faire des paroles du maire. D'accord, elle restait constamment froide, elle ne montrait jamais ses émotions, mais elle pensait qu'il la connaissait bien mieux que cela ne laissait paraître. Que ferait la jeune femme si leur amitié venait à mourir ? Elle avait décidé de le protéger dés qu'elle avait lu dans son esprit qu'il aidait les exilés.

Elle passait l'éponge sur tout, elle faisait en sorte que rien ne soit vu et maintenant... la tournure que prenait leur amitié n'était pas des plus plaisante. Et si cela venait à casser, que lui resterait-il ? Son géniteur ? Sa mère ? Son frère ? Aucune d'eux ne se souciait plus d'elle depuis longtemps, Illy n'était même pas certaine que son frère connaisse son existence. Son père ? Enfin celui qu'elle appelait père désormais et qui vivait avec elle, il était son seul lien avec les sentiments, le seul à savoir comment la faire sourire, comment la faire rire. Il était aussi le seul à la connaître sans sa carapace et à voir les failles, ces petites failles qui faisait ressortir par moment la petite fille, qui faisait ressortir, l'adolescente et bien entendu la femme. Il était le seul à la voir comme elle était, le seul à qui elle voulait bien montrer cette facette, la fille fragile, celle qui ne savait plus où elle en était parfois et qui était envahit par ces pensées, celle dont tout le monde ne cessait de l'abreuver. Elle secoua imperceptiblement la tête, alors que son corps ne bougeait toujours pas elle aurait aimé être quelqu'un d'autre, ne pas posséder ce don, mais elle était ainsi. Pourtant, elle bravait en ce moment même les interdits, elle bravait le maire et sa politique tordue et complexe, cette politique qu'elle ne comprenait pas et qui cachait quelque chose qu'elle n'apprécierait pas. Elle les bravait et s'en fichait éperdument elle avait besoin de réfléchir.


Dernière édition par Illyana Calderone le Jeu 17 Mar - 9:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Ex-commandant

avatar
Wayne Balth

Localisation : Dans la maison de ma femme
Métier : Serviteur de ma femme
Humeur : Heureux avec ma femme
Crédits : http://lorandesore.deviantart.com


Feuille de personnage
Métier: CRAPA ... Commandant Recherché Activement Par l'Autorité.
Âge : 39 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Leçon n°2 : Réfléchir ne tue pas, mais rend plus fort ! (Pv Wayne)   Mar 29 Déc - 19:42


Recherché. Exilé. Assassin.
Qui avait-il tué ? Son mal de crâne empirait... Plus il tentait de se remémorer la scène, plus ses tempes explosaient sous la pression. Mains posées sur son front, assis sur un rocher au milieu de la forêt, il tentait de mettre ses pensées en ordre.
Assassin... Aucun visage, aucun sang ne lui revenait en mémoire. Et pourtant. Il avait tué un membre de son unité. Enfin, c'est ce que l'on disait. Etait-ce seulement lui ? Il ne se souvenait de rien. Son sixième sens lui hurlait cependant que tout ceci n'était qu'un coup monté, qu'une mascarade. Des gens s'étaient ligués contre lui, sans doute parce qu'il tournait trop autour de certains secrets bien gardés. Quelqu'un l'avait attaqué, quelqu'un l'avait laissé pour mort loin derrière les limites de la zone humaine ! Un coup monté... Cet assassinat, tout avait été mis en scène afin que sa tête soit mise à prix. Mais dans ce cas... pourquoi ne pas l'avoir tué directement ? Des remords ? Ces hommes faisaient-ils parti de sa troupe ? Ce qui expliquerait pour quelles raisons ils ne l'avaient pas tué... On n'éliminait pas son Commandant ainsi.
Le grade faisait peur. Wayne Balth faisait peur. Tous ignoraient la nature de son pouvoir, ils savaient simplement que son corps possédait une rare résistance.
Un complot... Sa mémoire chancelante... Cet avis de recherche... Mort ou vif...

- Et ce foutu corps incapable de vivre sans métal...

Hurlant sa frustration, sa main vint frapper cette jambe bionique.

- Foutue ville...

A présent, il était seul. Exilé. Interdiction de rentrer à nouveau dans cette ville. Et pourtant, il l'avait fait. Pour entendre Hadley proférer de nouvelles lois, pour voir cette peur circuler chez les habitants. Hadley n'avait fait qu'une chose. Attiser cette peur profonde de la Cité, mais aussi cette colère grandissant dans l'ombre.
Et Wayne ne savait plus quoi faire. Assis au beau milieu du danger, armé de ses quelques dernières fioles de poudre de métal. Exilé et recherché. Son apparition à la grande place ne lui avait pas été bénéfique, bien au contraire. Sa chance avait joué un grand rôle lorsqu'il réussit à sortir de la ville. Sa chance ou ses métaux. Le fer et l'acier pouvaient s'avérer très utiles et... l'allomancien savait manier leur effet à la perfection.

Et maintenant ? Où pouvait-il aller sans risquer sa peau à chaque coin de rue ? Le marché noir ? Les quelques zones habitées des exilés ? Pour l'instant, tout restait tellement vague. Que devait-il faire, où devait-il aller ? L'unique chose qui restait gravée dans la pierre était que ses fioles se faisaient rares. Il devait absolument trouver du métal.
L'homme se leva, un léger clic résonna au niveau de sa jambe. Au moins celle-ci fonctionnait toujours.

Une idée lui traversa l'esprit l'espace d'un instant... Et s'il ne retournait pas à Saester ? Après tout, on le recherchait activement, surtout depuis cette apparition... Pourquoi ne pas partir ? Les laisser se débrouiller seuls ? Partir... Se fabriquer un navire et partir... Loin de tout. Loin de cette vie, de cette ville, de ces bêtes. Loin des Zéros. C'était l'occasion rêvée. Démis de ses fonctions, exilé, il n'avait plus aucune obligation...
Wayne pouvait partir. Personne ne le regretterait. Partir...
Quelle idée charmante. Attirante. Ridicule. Stupide.
Jamais Wayne ne pourrait partir. Les eaux étaient bien trop grandes, sans doutes tout aussi dangereuses que les terres. Et ce complot. Cette ville qui semblait pourrir de l'intérieur. Ses amis... Il ne pouvait laisser Stan et Rick... Il devait les voir. Mais comment ? Tous connaissait le Commandant Balth dans la zone militaire. Wayne sourit en pensant à cette taverne... La préférée de Stan et donc par association, celle où se rendait le plus souvent Rick et lui-même.
Il fallait qu'il rentre une seconde fois en ville.
Il ne pouvait pas fuir. Ca ne lui ressemblait pas.
Wayne Balth allait rentrer à nouveau dans Saester.

Un bruit au loin attira alors son attention. Craquement. Des pas. Quelqu'un s'approchait de lui, quelqu'un s'approchait de son campement improvisé. L'homme recouvrit son feu à l'aide de feuilles, cachant alors toutes traces de vie humaine. S'il s'agissait d'une patrouille, il pouvait dire adieu à sa liberté. Activant son fer, il effectua une poussée sur une pièce qu'il venait de lancer sur le sol. Ejecté vers le haut, il se posa délicatement sur une haute branche d'un arbre. D'une traction d'acier, il récupéra la pièce au sol. Et attendit.
Son oreille affinée par l'étain perçu clairement les bruits de pas. Ceux d'une unique personne. Un seul souffle. Clairement, il vit une jeune fille arriver dans sa direction. Il était peu probable qu'elle l'ait vu, Wayne resta cependant à l'affut du moindre signe.





[ Pardon pour le retard, j'suis troooop désolée T__T ]
Revenir en haut Aller en bas
http://ewilan.jeun.fr

Espionne

avatar
Illyana Calderone

Âge : 29
Métier : Espionne


Feuille de personnage
Métier: Espionne
Âge : 29 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Leçon n°2 : Réfléchir ne tue pas, mais rend plus fort ! (Pv Wayne)   Ven 1 Jan - 14:32

Énervement.
Oui, elle était énervé contre Phineas, contre la ville avec tous ces moutons qui ne réfléchissaient pas, contre ces combattants qui ne pouvaient se rebeller, contre ces injustices de plus en plus flagrante, contre ce maire qui semblait vouloir dominer la situation par des restrictions de moins en moins honnêtes et justes. Elle détestait cet état de fait, le fait de ne pouvoir rien faire pour le peuple qui ne méritait pas cela. Le fait de perdre le peu qu'elle possédait. Elle détestait ne pas avoir de prise dans ce monde, elle détestait ne pas savoir et ne rien pouvoir faire, oui, elle ne supportait pas cela. Et l'espionne ne supportait tellement pas cette galère qu'elle sortit l'une de ses lames à une vitesse ahurissante et la lança dans le tronc d'un arbre non loin de la. La lame se planta aussi sûrement que l'arbre ressemblait à du beurre. La lame s'enfonça jusqu'à la garde, restant bien planté dans le tronc. Illyana regarda son œuvre et soupira. Elle n'avait même pas regardé l'arbre dans lequel elle venait de planter sa lame avec une précision et une rapidité mortel. Si quelqu'un passait par là, il serait parfaitement qu'elle n'était pas quelqu'un d'ordinaire. Un civil ne pourrait jamais avoir une tel précision, enfin peut-être que si qu'en savait-elle ?

« Et merde. »

Premier éclat de voix. Rageur, rageant contre tout et rien, contre ce manque d'information, contre le maire, contre Phineas, contre Saester. Elle ne montrait jamais rien et si l'expression de son visage était parfaitement neutre, le ton dans sa voix ne mettait pas de doute sur ce qu'elle ressentait. La colère bouillonnait dans ses veines, la rendant vulnérable à tout et d'ailleurs elle perdu la maîtrise de son don et son esprit s'ouvrit comme une bouche qui avait besoin d'air. Au départ, rien ne vint percuter son esprit. Pas de pensées, bien entendu, il n'y avait personne. Pourtant.... elle laissa tomber cette pensée et s'avança vers l'arbre.

Fatigue.
De n'avoir aucune réponse. De se battre seule pour n'impliquer personne et ne pas avoir à leur causer du tort. De ne pouvoir se confier à personne. De ne pouvoir compter sur personne mis à part ses connaissances et son don. Ce don qui lui permettait de voir la fausseté des gens, qui lui permettait de déceler la vérité. Ce don qui la rendait dingue par moment. L'espionne était au bord de l'épuisement, pas physique non. Elle était toujours en pleine forme, toujours vivace, toujours rapide et mortellement précise. Non la fatigue était mentale. Ce don lui pompait plus d'énergie que personne ne pouvait comprendre. Interroger les gens avec s'avérait complexe et intrusif à tel point que les dernières fois elle en avait vomis tellement ça la dégouttait. Elle avait tellement tenu les autres à l'écart qu'elle n'avait personne et qu'elle n'aurait jamais personne, parce que s'était ainsi. Mieux valait n'avoir personne de toute façon, car quand les choses éclateraient, elle n'aurait pas le temps de s'occuper de tous ceux qu'elle estimeraient, elle allait devoir aider le peuple, les protéger plus que tout, s'était là son serment.

« Et pourtant.... »

Et pourtant, elle aurait aimé avoir quelqu'un qui la comprenne, qui ne pense pas qu'elle soit aimait les nouvelles restrictions. Quelqu'un qui lui expliquerait pourquoi certains étaient exilés, pourquoi les combattants devaient protéger uniquement la ville alors que tous faisait partie du peuple. Elle avait besoin de réponse, encore et toujours. Pas seulement à cause de son travail, les espions avait toujours besoin de trouver les réponses, parce que s'était leur boulot. Mais cette fois-ci, ce n'était pas pour les donner à ses supérieurs, non, s'était pour elle, pour savoir ce qu'elle allait faire, pour savoir ce qu'elle devait faire et pour cela, elle allait devoir faire quelque chose qu'elle n'aimait pas.

Résignation.
Elle s'avança vers l'arbre, posa doucement la main sur l'écorce.

« Pardonne moi. »

Idiot non ? De s'excuser auprès d'un arbre. Pourtant, sa mère lui avait toujours dit que la nature faisait partie des êtres vivants et qu'elle était capable de les comprendre, et elle, comme une abruti, elle venait de planter l'un de ses couteau de lancer dans le cœur profond de ce chêne. Elle s'excusait de ne pas savoir quoi faire, de ne pas pouvoir protéger tout le monde, de devoir obéir aux ordres alors qu'elle aimerait envoyé tout bouler, d'avoir déchargé sa colère sur lui et de ne pas réussir pour la première fois de sa vie à contrôler ces émotions qui débordait tellement qu'elle n'arrivait plus à rien contenir. Elle s'excusait pour tellement de chose qu'elle ne comprenait pas réellement, qu'elle aimerait comprendre. Elle s'excusait pour les choses qu'elle avait faite et celle qu'elle ferait encore. Voilà pourquoi elle s'excusait. Elle sortit tranquillement la lame de l'arbre, avec douceur, respectueuse. S'était probablement étrange pour un œil extérieur et d'ailleurs, elle n'avait rien dit parce qu'il n'avait pas fait un geste pour l'attaquer ou quoi, mais s'en était assez. Elle voulait savoir et si elle avait vu juste, elle connaissait la personne. Elle se recula, rangea le couteau dans l'un de ses fourreaux et montra ses mains en reculant un peu.

« Vous comptez rester perché encore longtemps ? »

Son regard se tourna vers le haut, l'endroit ou les pensées étaient le plus présente. Son regard tomba directement sur lui. Bien entendu, s'il y avait quelqu'un ça ne pouvait être que lui.

« Commandant Balth. »


Elle inclina la tête, par respect. Tout le monde avait beau dire qu'il avait tué, qu'il était désormais un exilé et surtout un persona non grata dans Saester, elle n'avait pu se résoudre à être d'accord avec tout le monde. Surtout qu'en sondant rapidement les esprits de ses sous officier et de ses soldats, beaucoup de choses s'était superposé et l'histoire raconté n'avait plus rien à voir avec les pensées et les souvenirs.


« Peut-être pourriez vous descendre. Je ne pensais pas vous trouver ici. Et non, je ne suis pas là pour vous chercher ou quoi que ce soit d'autre. Ce n'est pas mon travail. Et non, je n'ai pas non plus l'intention de récupérer des informations pour aller les colporter à cet …. au Maire Hadley. »

On sentait l'obligation à être polis dans sa façon de parler, mais on sentait aussi toute l'animosité que cela représentait.

« Peut-être pourrions nous parler. Je suis certaine qu'en vérité, nous avons des intérêt commun. »

Elle l'avait toujours appréciée. D'une certaine manière, plus que son propre supérieur qui se contentait de faire le toutou du maire. Elle se demandait bien ce qu'il allait choisir, au cas où, elle était toujours préparée.


[HRP]Pas de souci, ne t'en fais pas^^[/HRP]


Dernière édition par Illyana Calderone le Jeu 17 Mar - 9:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Ex-commandant

avatar
Wayne Balth

Localisation : Dans la maison de ma femme
Métier : Serviteur de ma femme
Humeur : Heureux avec ma femme
Crédits : http://lorandesore.deviantart.com


Feuille de personnage
Métier: CRAPA ... Commandant Recherché Activement Par l'Autorité.
Âge : 39 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Leçon n°2 : Réfléchir ne tue pas, mais rend plus fort ! (Pv Wayne)   Mar 5 Jan - 15:34


Un poignard lancé nerveusement contre le tronc d'un arbre. Pas n'importe quel arbre, celui dans lequel l'allomancien s'était caché. Wayne sourit. Ce n'était pas une civile. D'un côté, il y avait de quoi l'inquiéter. De l'autre, il était soulagé de ne pas se confronter à une patrouille entière mais à une seule combattante. Quoique, peut-être ne se croiseraient-ils pas du tout. Peut-être repartirait-elle aussi vite qu'elle était arrivée.
Elle s'approcha de l'arbre pour retirer sa lame. Sourcil haussé. La femme venait de s'excuser auprès de l'arbre. Wayne aurait presque pu en rire s'il ne s'était pas trouvé dans une situation aussi délicate. Même s'il savait pouvoir s'en sortir sans problème avec les dernières réserves de métal qu'il avait – et ses dons de combattant – il préférait ne pas attirer son attention. Il ne voyait pas son visage et ne savait pas à qui il avait à faire. Mieux valait se méfier d'un combattant et de son don potentiel. C'était une des raisons pour lesquelles personne n'avait connaissance du sien. Pas même Stan ni Rick.

Soudain, elle recula. Et rangea son couteau. Releva ses mains en l'air. Toujours accroupi entre les branches, l'ancien commandant pencha légèrement la tête d'étonnement. Jusqu'au moment où elle prit la parole. Elle ne parlait plus à l'arbre, elle s'adressait à lui. A lui... Pourtant, elle n'avait pu le voir. Sixième sens ? Non, c'était plus subtil que ça. Un pouvoir. Lequel ? Impossible à savoir, il en existait tant et les découvertes étaient loin d'être terminées. Si la plupart des gens cachaient leur pouvoir comme le faisait Wayne, on ne pouvait savoir exactement combien de sortes il en existait. La science de la magie était encore bien trop imparfaite.
Mais la jeune femme savait qu'il était là. C'était la seule chose qui comptait, qu'elle l'ait ressenti ou pas. Elle savait que quelqu'un se cachait dans l'arbre. Savait-elle exactement de qui il s'agissait ? Ou ne ressentait-elle qu'une présence ? L'allomancien avait toujours eu une attirance spéciale pour les pouvoirs qui se manifestaient depuis le début de tout ceci.

Wayne descendit alors de quelques branches à l'aide d'une légère poussée sur une pièce qu'il venait de lâcher discrètement sur le sol. Se réceptionnant sans aucun bruit sur une branche visible de la jeune femme, il ne tarda pas à croiser son regard. Il ne réagit pas lorsqu'elle prononça son nom. Chaque combattant devait connaître le nom de leurs commandants, tous autant qu'ils sont. Il n'était donc pas surpris qu'elle le connaisse.

- Miss.

Elle inclina la tête. Du respect ? Pour un présumé meurtrier et déserteur ? Wayne en fut légèrement surpris. Elle n'était pas là pour lui. Il devinait qu'elle devait simplement avoir fuit Saester pour venir se dégourdir les jambes, ou quelque chose dans ce goût-là.
L'homme inclina alors la tête à son tour, révérence à une combattante qu'il croyait reconnaître. Malheureusement, il voyait tellement de visages qu'il en oubliait parfois certains. Le sien, lui revenait étrangement en mémoire.
Il la laissait parler encore, la laissant lui confirmer ce qu'il savait déjà. Elle ne le cherchait pas. Ce qui le fit davantage sourire fut cette rancoeur évidente qu'elle gardait en elle et cette obligation de politesse qu'elle avait accordé au nom du maire.

- Je préfère mes siestes en hauteur. Donc oui, je comptais rester perché une bonne heure encore, mais puisque j'ai de la visite, ma fois.

La pièce toujours au sol, il activa ses métaux, sauta dans le vide. Pour se réceptionner avec délicatesse sur le sol, à un mètre de la brune.

- Des intérêts communs ? C'est si rare ces jours-ci. On dirait que j'ai la poisse avec mes relations en ces temps, j'ai peine à en comprendre la raison. Une idée ?

Elle ne sembla pas rire de la plaisanterie. Tant pis, elle devait bien connaître son tempérament de plaisantin. Elle ferait avec.
Des intérêts communs. L'allomancien ne savait même pas ce qu'il allait faire, où il allait se rendre. Pour l'instant, sa seule et unique option avait été de rester là le temps que les esprits se calment et que son apparition redevienne un souvenir. Peut-être sa meilleure idée jusqu'ici, par ailleurs. Mais après. Revenir en ville ? Il devait revoir Stan et Rick, c'était certain. Ils pourraient éclaircir certains détails encore flous. Mais quoi d'autre ? Il ne pouvait pas lever seul ce mystère à propos de l'armée.
Son crâne le fit à nouveau souffrir. Foutu type qui lui avait effacé la mémoire...
Quelque chose se préparait et il devait savoir quoi. Mais comment agir seul ? Impossible. Son regard se reporta alors vers la jeune femme face à lui, qui ne bougeait toujours pas.

- Je crois que vous avez quelque peu raison. Nos intérêts pourraient bien se croiser. Mais dites-moi d'abord pour quelles raisons ne m'arrêtez-vous pas ? Il parait que j'ai assassiné un de mes hommes de sang froid. Ne suis-je pas le danger principal de Saester ces derniers jours ?

Petite, dis-moi ce que tu sais de Saester... Et peut-être pourrais-tu également me fournir en métal...
Revenir en haut Aller en bas
http://ewilan.jeun.fr

Espionne

avatar
Illyana Calderone

Âge : 29
Métier : Espionne


Feuille de personnage
Métier: Espionne
Âge : 29 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Leçon n°2 : Réfléchir ne tue pas, mais rend plus fort ! (Pv Wayne)   Mer 6 Jan - 12:55

Elle attendait patiemment. Patience qu'elle avait acquis au fur et à mesure de nombreux entraînement intensif. Cependant, elle avait aussi cela dans les gênes, sinon, elle aurait massacré son père depuis longtemps. Oui, elle l'aurait démonté pour la gentillesse dont il avait fait preuve en la vendant à l'armée pour gentiment se débarrassé d'elle et du fait qu'elle ne pouvait pas perpétuer le nom des Calderone. Mais il n'était pas temps de s’appesantir sur le passé, de toute façon à quoi cela aurait-il pu bien mener ? Sa mère qui d'origine lui donnait des nouvelles avait cessé depuis un moment. Son père ne l'avait jamais reconnu comme un membre de la famille malgré tout ce qu'elle avait fait pour se faire accepter et son frère.... elle n'était pas certaine qu'il la connaisse. Elle passait parfois devant la maison. Il avait maintenant vingt  et un ans et s'était un beau jeune homme, il devait énormément plaire aux filles, mais lorsqu'une fois leur regard s'était croisé, elle n'y avait rien vu d'autre que de l'ignorance. Elle avait beau dire que cela lui importait  peu, elle aurait aimé connaître son frère. Elle finit par secouer la tête, ce n'était pas le moment, elle était avec le commandant et certaine que tous deux avaient des intérêts communs. Elle écouta donc patiemment ses réponses, posant des questions à son tour, enfin il s'agissait plus d'affirmation pour sa part.

Ses réponses auraient d'ailleurs pu faire sourire la jeune fille si celle-ci n'avait pas pour habitude de garder un visage totalement imperméable aux émotions. Imperméable aux contacts des autres. Imperméable à la vie en quelque sorte. Elle plongea son regard dans le sien, tranquillement. Il était étrange de se dire que maintenant elle pouvait lui parler sans trop se prendre la tête alors qu'avant, elle l'évitait constamment. Pas que cela ne lui plaise pas de parler, en fait si, elle détestait discuter, devoir rester des heures à parler de chose inutile et puis lorsqu'il était encore commandant, elle n'avait rien à faire avec lui techniquement. L'espionne n'était qu'un sous-fifre quoi qu'il arrivait. Une espionne, pas lambda si on la connaissait bien vu qu'elle était l'une des meilleurs, mais une espionne dans un rang d'espion. Sans plus, sans moins, pourquoi aurait-elle était particulièrement parlé au commandant alors qu'elle devait d'abord en tout lieu faire son rapport à son chef de section ?  Et pourquoi donc se posait-elle ces questions totalement débile et surtout maintenant ? Elle avait réellement le don de voir son cerveau partir en vrille sur des questions non existentielle comme celle-là comme si son cerveau cherchait à échapper à toute logique. Ce qu'il faisait le plus souvent d'ailleurs. Elle soupira doucement et entendit alors la première question du commandant.


« Probablement parce que vous êtes désormais exilé et que les exilés n'ont plus de contact avec leur relation d'origine. »


Il ne s'agissait pas d'une question comme elle avait pu le déceler dans son ton taquin et pourtant, la jeune fille n'avait pu s'empêcher de répondre, comme s'il s'agissait d'une. Cependant, son ton avait neutre, froid, calme, comme elle l'était pour l'instant. Une idée, des idées, elle en avait des tas. Elle savait aussi de nombreuses choses, choses que certains n'auraient pas aimés qu'elle ai en sa possession. Tout le monde pensait qu'elle était doué pour faire peur quand elle récupérait des informations, mais elle n'avait pas besoin de cela. Il n'y avait que son père qui était au courant de son don. Son père et ses géniteurs. Si jamais quelqu'un allait farfouiller par chez eux.... elle aurait certainement des problèmes et Ethiann avec elle, il avait fait passer son agilité naturelle pour son don, histoire qu'ils soient tranquilles tous les deux. Elle secoua doucement la tête et se reprit tranquillement au moment où le commandant reprenait la parole. L'espionne resta de marbre un moment jusqu'à ce qu'il ai finit de parler et c'est alors qu'il se mit à penser. Lui fournir du métal ? Tiens donc... cette information devait être importante pourquoi ? Elle ne savait pas encore mais elle le découvrirait certainement. S'était donc à son tour de parler.

« Il paraît... le mot est effectivement bien choisi. Je ne sais pas ce que vous avez fait pour mettre en rogne le maire, mais visiblement il s'agissait de quelque chose d'assez important pour qu'il décide de ce débarrasser de vous ce crétin. »


Elle avait laisser échapper le mot plus poli que celui qu'elle avait en tête, elle devait bien l'avouer.


« Écoutez, vous êtes effectivement le danger principal de ces jours et si je n'étais pas celle que je suis, si j'étais un des moutons du maire, alors peut-être que j'aurais tout fait pour vous capturez. Mais croyez-moi ou non, je ne suis pas là pour ça. Je suis espionne, ça oui, mais certainement pas du maire. Je reste combattante pour le peuple, qu'il soit exilé ou non. J'aimerais comprendre ce qui pousse le maire à exilé les autres, à vous coller une fausse accusation. Car si tout le monde est rentré de votre unité, et si tout le monde s'accorde sur le fait que vous ayez soit disant tuer quelqu'un, il s'avère que les détails ne concordent, pas, mais alors pas le moins du monde suivant les versions. Si vous aviez réellement fait ça, alors tout le monde le dirait de la même façon non ? »

Elle s'arrêta un instant et reprit.


« Les versions d'un même crime ne devrait pas être si différente suivant la personne qui l'a vu. Les sentiments sont différents, personne ne gère ses émotions de la même façon, mais là, il ne s'agissait pas de sentiments. S'était bien plus que cela, bien plus.... »

Elle s'arrêta encore un instant et plongea de nouveau son regard dans les yeux de son interlocuteur.

« De plus, je doute qu'un commandant puisse s'abaisser un de ses soldats de sang-froid. Que ce soit nous encore, d'accord. Nous sommes entraînés pour devenir des ombres, ceux qui travaillent en silence, ceux qui font les basses besognes, ceux qu'on envoie pour chercher les infos. Que nous, nous dérapions de cette sorte serait peut-être compréhensible, mais vous... je n'y crois pas. Vous faut-il d'autre argument ou ceci vous suffiront ? Je ne vous demande pas de me faire confiance, ce n'est pas le but, je vous demande juste de me croire quand je dis que je ne cherche pas à vous ramener à Saester. »


Elle s'arrêta cette fois-ci. Parler n'était pas son genre, pourtant, elle avait choisis sciemment de parler cette fois-ci. D'expliquer ce qu'elle ressentait, ce qui lui passait par la tête. Elle avait choisi de se dévoilé sans réellement trop le faire, il ne connaissait rien d'elle pour le coup, mais cette réflexion, elle aurait pu la garder pour elle. Faire une phrase rapidement et basta. Non, elle avait été honnête, aussi honnête que les espions pouvaient l'être en sommes.

« Mais dites-moi, que voulez-vous exactement savoir. J'ai des oreilles qui traînent partout, je sais donc de nombreuses choses, je suis faites pour récupérer les informations. Dites-moi ce que vous voulez savoir et je vous le dirais enfin tant que cela concerne Saester bien entendu. »

Un petit rappel sur le fait qu'elle ne dirait rien la concernant, juste son nom si cela pouvait lui être utile. Le reste n'avait pas d'importance, du moins pas pour le moment et puis... il gardait lui aussi des secrets non ? Personne jamais ne gardait de fiole de métal sur lui, à part si.... non pas de plan sur la comète, elle n'en savait rien. Peut-être que lorsqu'il se ferait mutuellement confiance il se dirait leur secret.


Dernière édition par Illyana Calderone le Jeu 17 Mar - 9:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Ex-commandant

avatar
Wayne Balth

Localisation : Dans la maison de ma femme
Métier : Serviteur de ma femme
Humeur : Heureux avec ma femme
Crédits : http://lorandesore.deviantart.com


Feuille de personnage
Métier: CRAPA ... Commandant Recherché Activement Par l'Autorité.
Âge : 39 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Leçon n°2 : Réfléchir ne tue pas, mais rend plus fort ! (Pv Wayne)   Jeu 7 Jan - 14:42


La jeune combattante ne mit pas longtemps avant de prendre la parole. Et aussi étonnant que cela puisse l'être, elle aligna un nombre incalculable de mots. Existait-il quelqu'un de plus bavard que Stan ? Impossible... Ce grand énergumène, cette montagne de muscle ! Personne ne lui arrivait à la cheville lorsqu'il s'agissait de débiter milles mots à la seconde. C'était un pro dans son domaine. Il possédait autant de muscles que de monologues.
Mais la fille ne paraissait pas avoir l'habitude de parler autant. Comme si c'était davantage pour exprimer cette colère qu'elle ressentait en elle que pour réellement parler.
Beaucoup de gens haïssaient le maire. Mais beaucoup l'aimaient également. Saester était divisée, c'était plus qu'évident. Le seul problème était que personne ne savait où se situait la séparation entre les deux extrêmes. Wayne savait où se placer. Mais où était la brunette face à lui ?
Tout le monde oubliait où se trouvait le réel danger. A l'extérieur... Dans les bois, caché entre les arbres... Ces monstres assoiffés...
Il comprit rapidement dans quel camp se situait la jeune fille. Dès les premiers instants, il avait cerné son combat. Elle haïssait le maire et savait beaucoup de choses.
L'ancien commandant savait que ce visage ne lui était pas inconnu. Il se rappelait d'elle. Une réunion, quelque chose...

Elle parlait beaucoup. Et étrangement, répondait aux boutades de l'allomancien, ce qui le fit légèrement sourire. Toute personne sensée au sein de cette armée, savait qu'il ne servait à rien de répondre aux blagues du commandant Balth. Il en faisait beaucoup trop... Inutile de s'attarder sur elles. Rire ou ne pas rire, peu importait. Il les faisait. Et la plupart du temps, on percevait le rire gras de Stan dans un coin. Et celui, plus léger et discret de Rick.

Pour avoir mis du monde en rogne, il avait mis du monde en rogne. Le seul hic était qu'il n'avait absolument aucune idée du comment et du pourquoi. Sa mémoire lui échappait, ses souvenirs restaient bloqués derrière une large porte sombre. Et pourtant, il tentait depuis le matin-même d'y pénétrer.
Il fallait qu'il sache ce qu'il s'y cachait. Mais ses efforts restaient constamment vains.
Se débarrasser de lui... Ses mots n'étaient pas justes. S'ils avaient réellement voulu se débarrasser de lui, il ne serait plus en vie à l'heure actuelle... Alors pourquoi l'était-il encore ? Si la combattante ne se trouvait pas en face de lui, il voyait déjà son poing se retrouver projeter avec force et potin – il lui manquerait bientôt de ce précieux métal, par ailleurs – dans l'arbre le plus proche. Savoir qu'il avait été utilisé et qu'il le serait peut-être encore le mettait hors de lui.

La fillette n'était pas son ennemie. C'était certain. Son discours, ses mots. Et cette flamme dans son regard. Elle...
Une espionne ! C'était donc cela. Wayne savait bien qu'il la connaissait... Enfin, la connaître était un bien grand mot. Il devait l'avoir croisé une ou deux fois lorsqu'elle venait rapporter des informations à son supérieur lors de certaines réunions des hautes sphères de l'armée. Il avait entendu certains hommes dire grand bien d'elle. C'était une des meilleures, d'après eux. Si c'était bien elle.

Elle le croyait innocent. Enfin une bonne nouvelle ! Lui qui croyait être perdu à jamais dans cette foutue ville... Les versions ? Alors comme ça plusieurs versions circulaient sur ce soit-disant assassinat ?
Le choc le rattrapa lorsqu'il comprit quelque chose. Il ne connaissait pas même l'identité de l'homme qu'il devait avoir tué. Il ne connaissait pas sa victime présumée... Qui était-ce ? De qui s'agissait-il ? Est-ce que... Non. Impossible. Aucun de ces deux-là n'aurait pu se faire avoir si facilement. Mais alors qui donc...
Wayne chassa ces pensées, se concentrant à nouveau sur le long monologue de l'espionne. Et tilta sur un détail de son récit. Elle parlait de sentiments, d'émotions. Une espionne très attentive aux moindres détails, apparemment. Ou était-ce plus ? L'allomancien commençait à se demander à quelle sorte d'espionne il avait à faire. Bien plus que des sentiments... Elle ne disait pas tout. Et c'était bien là le propre d'un espion. Garder des cartes.

Il sourit lorsqu'elle annonça une fois encore qu'elle le pensait innocent. Malgré tout, il était touché que quelqu'un ne le prenne pas pour un assassin. Il ne montra cependant aucun signe de ce léger détail, les mots de la jeune femme attirant bien trop son attention.
Elle prétendait qu'ils pouvaient trouver certains intérêts communs. Il attendait de voir.

- Il est certain que je ne vous fais pas confiance, pardonnez-moi. Mais vous ne me faites vous-même pas confiance. C'est un juste retour des choses et une normalité, nous ne nous connaissons pas, ne savons rien de l'autre. Mais votre discours me suffit pour savoir que vous n'êtes pas mon ennemi et que nous avons beaucoup de choses à nous dire.

Il crut soudain déceler une pointe de respect dans le regard de la jeune femme. Le commandant en avait vu souvent, de ces regards. Moins que ceux, impressionnés, qu'il croisait la plupart du temps. Ou des autres. Mais celui-ci, ce regard cachant un respect envers sa personne... Il l'appréciait tout particulièrement. Peut-être même égoïstement. Malgré tout, il continuait de se méfier. Elle lui plaisait bien. Malgré son évidente réticence à l'humour de l'homme. Il le lui apprendrait, un jour.
Soudain, il lui fit un clin d'oeil. Lui offrit un sourire.

- Me ramener à Saester ? Essayez seulement, que j'en rigole un bon coup.

Elle nota à peine sa remarque, enchaînant sur un certains nombre de questions. Avec une précision : seulement ce qui concernait Saester. L'allomancien avouait être terriblement curieux de savoir qui était cette jeune espionne qui haïssait tant le maire et ce qu'il se passait en ville. Mais sa curiosité avait une règle. Ne pose pas de questions, devine. Et si nécessaire, use de métaux.
Et en cet instant, il n'avait pas le temps de s'amuser. Et pas assez de métal. Quelque chose se tramait dans l'ombre et les deux combattants semblaient savoir qu'il était de leur devoir d'agir. En tant que Commandant, Wayne se sentait tout particulièrement concerné. Son rôle était de protéger la ville et ses habitants. Et ses soldats. Et il avait failli à sa tâche...
Il devait remettre de l'ordre en ville. Et cette petite pouvait l'y aider, il en était à présent convaincu.

- Qui ai-je soit disant tué ?

Sans transition aucune, son visage se transforma, le regard de l'allomancien durcit. Il ne plaisantait plus. Toujours calme en surface, il ressentait le besoin de ne laisser aucun doute à la jeune femme. Qu'elle sache qu'à présent, il ne serait plus ce bout-en-train que l'on connaissait de loin ou de près.
L'enjeu était là. Trop important.

- Quelqu'un me remplacera au pied levé, il me faut savoir qui.

Cette personne sera sans aucun doute de mèche avec ces ombres qui avaient monté toute cette histoire sur son dos. Il lui fallait savoir également qui était mort et quelles informations il possédait. Cet homme devait être mort pour une bonne raison, il ne pouvait être une simple excuse pour exiler un commandant. Tout ceci semblait bien trop ficelé pour n'être que le fruit du hasard ou de quelques idiots.
Et il lui fallait retrouver la mémoire...

Un sourire réapparut soudainement sur le visage de Wayne.

- Mais avant toutes choses, êtes-vous certaine de vouloir vous impliquer là-dedans ? Ce qui se passe à Saester doit être éclairé, c'est évident. J'avoue ne pas encore en comprendre toutes les subtilités étant donné ma situation, il y a encore quelques jours je ne savais pas même être sur liste rouge. Et...

Il plongea son regard bleuté dans celui de la jeune femme.

- J'avoue avoir besoin d'un peu d'aide. De l'extérieur, je ne peux faire grand chose. Il me faudrait des yeux et des oreilles, il me faudrait pouvoir entrer en ville en toute discrétion. Et notre rencontre est étrange et si adéquate. Peut-être le destin ? Pour peu que l'on y croit.

Il souriait toujours, son regard ancré dans celui qui le fixait.

- Qu'en dites-vous, Miss ? Deviendriez-vous les oreilles d'un pauvre Commandant déchu ?

Etait-ce l'occasion de créer une première association pour sauver une ville au bord du précipice ?
Revenir en haut Aller en bas
http://ewilan.jeun.fr

Espionne

avatar
Illyana Calderone

Âge : 29
Métier : Espionne


Feuille de personnage
Métier: Espionne
Âge : 29 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Leçon n°2 : Réfléchir ne tue pas, mais rend plus fort ! (Pv Wayne)   Ven 8 Jan - 20:47

Elle avait tellement parlé, trop d'ailleurs, elle le savait parfaitement, et pourtant, pour la première fois de sa vie, la jeune femme était certaine qu'elle devait s'expliquer sur sa façon de voir les choses, sur sa façon de parler, de les présenter. Elle avait ouvert son cœur plus qu'elle ne l'avait encore jamais fait et cela la dérangeait en quelque sorte. Mais elle avait mis tout de même des limites, hors de question de parler d'elle. Ne pas laisser passer ce qu'elle ressentait, celle qu'elle était, son don, la trahison de sa famille génitrice, tout ce qui la touchait bien plus que ce qu'elle voulait bien admettre. Tout cela restait du domaine privé et de toute façon personne ne se doutait qui elle était réellement et ce qu'elle pensait à tout moment de la journée. Elle laissa donc tomber les piques du commandant, se concentrant sur ses pensées, ce qu'elle voulait faire passer, elle sait qu'il va vouloir des réponses, mais peut-elle lui donner ce qu'il recherche ? Elle ne sait pas, elle n'est pas certaine de savoir. Elle sait tellement de chose, connaît tellement de chose que personne ne connaît, que personne ne comprends. Elle pourrait faire tomber la ville en un tour de main si elle révélait tous les secrets qui tournaient dans toutes les hautes sphères de la ville. Elle pouvait tous les mettre à genou et elle le savait, mais bien entendu, elle ne le ferait pas ce n'était pas son genre.

Mais dans ce cas là. Que voudrait-il ? Elle lui avait dit qu'elle pouvait tout lui donner, lui donner les détails qu'il souhaitait, cependant, maintenant, elle n'était pas certaine de pouvoir réellement le faire. De demanderait-il ? Qu'est-ce qu'il allait attendre d'elle ? Visiblement, il avait besoin de métal pour quelque chose. Quelque chose qu'elle ne comprenait pas encore. L'espionne se posait énormément de question, peut-être un peu trop. Elle ne connaissait pas bien le commandant, tout comme il ne la connaissait pas réellement. Chacun avait pu la voir parfois aux réunions, mais personne ne s'était réellement attardé sur elle. Ça lui allait comme ça, elle ne voulait pas qu'on s'attarde sur elle, surtout pas. L'espion se devait d'être discret, il se devait de n'être vu de personne, d'être le plus mystérieux qui sait et elle pensait bien s'en sortir de ce côté là. Elle n'était pas du genre à dire quoi que ce soit sur elle, n'avait pas d'ami parmi les combattants, n'avait plus de famille mis à part Ethiann et en dehors de ça ? Cela faisait bien longtemps que son pouvoir la maintenait à l'écart, elle était l'espionne parfaite. La jeune fille attendait donc les questions et la première ne la décontenancé pas tant elle aurait parié qu'il l'aurait posé avant.

« Renan Marc. Il était visiblement de votre unité. Mais ce qui était étrange c'est qu'il n'y avait pas de corps. Il est mort, mais le corps n'est pas revenu. »

Étrange, le mot résonnait dans sa tête. Personne n'avait parlé de mutilation, de personne non identifiable. Non, personne. Alors pourquoi le corps n'était-il pas là ? Elle avait vu les murmures, les chuchotement sans pouvoir s'approcher assez pour entendre ou capter les pensées. S'était cela qui avait mis en premier le doute dans son esprit. Elle regardait toujours le commandant, laissant ses pensées s'écouler tranquillement.

« Cal Esra. Tout le monde parle de lui. Je ne sais pas s'il sera celui qui vous succédera, mais.... il est en bonne place. Il est comme qui dirait différent de tous les combattants. Il reste en retrait, ne cherche pas trop à entrer en combat, mais dans ses yeux, on peut lire quelque chose de pervertit, de malsain. C'est un sale con, je dois bien l'avouer. »

C'était aussi la seconde chose qui lui avait mise la puce à l'oreille. Pourquoi lui alors qu'il y avait Raine O'Bane en bonne place. Alors que d'autre était bien mieux placé et surtout bien plus professionnel. Une question sans réponse... encore. Elle commençait par moment à en avoir assez de cela. De toutes ces questions, mais elle savait aussi que pour avancer dans cette histoire elle allait devoir accumuler les questions avant d'avoir des réponses.

« Vous en doutez ? Il y a quelqu'un à qui je tiens qui risque sa vie tous les jours en faisant des choses stupides et en aidant les exilés. Mon père va dans la même direction que moi et regrette votre exil. Ce qui se passe à Saester n'est pas normal. Personne ne devrait être éxilé alors que le réel danger est ce qui se trouve ici. »

Elle montra la forêt des mains.

« Notre devoir, le devoir de tout combattant est de protéger le peuple. De s'assurer qu'il est en sécurité, alors pourquoi le maire prend t-il de tel décision si absurde ? Dans ce genre de situation, on devrait au contraire garder les gens dans la ville. De plus qu'on fait tous ces gens pour lui déplaire ? Certains sont certes né en dehors de la ville, mais pas tous. Pourquoi les exils t-il en masse alors ? Quelque chose n'est pas normal et je compte bien découvrir quoi. Avec ou sans l'aide de quelqu'un. »

Elle était décidé, depuis bien longtemps maintenant. Un an ? deux ans ? Combien de temps s'était passé depuis sa première incursion par hasard dans l'esprit vicié du maire ? Illyana ne s'en souvenait plus tellement de choses s'était passé entre. Et pourtant, elle ne pouvait pas arrêter de penser à ce qu'elle avait ressentit, ce sentiment d'urgence, celui de se retirer et se recroqueviller dans un coin pour échapper à l'ombre, au poison. Elle laissa tomber ses pensées et écouta donc la suite de ce que lui disait le commandant, son regard bleuté fixant le sien marron, d'une intensité peu commune. Il était la première personne à qui elle parlait depuis un moment.le destin ? Non, elle n'y croyait pas. Ces derniers temps, elle avait besoin de respirer, elle avait besoin de savoir et ce savoir l'avait emmené auprès des exilés, de là à savoir si s'était le destin, elle ne pensait pas, mais qui savait en fait. La dernière question de l'homme la fit le regarder encore plus intensément que ce qu'il faisait actuellement.

« À une condition. J'ai besoin d'un pied à terre ici, chez les exilés. Pour comprendre, pour qu'on puisse discuter en étant tranquille sans trop nous préoccuper de ce qu'il se passe autour de nous. La forêt n'est pas la meilleure idée qu'il soit bien entendu. Si cela vous va, alors je serais vos oreilles dans la ville. Je pourrais vous apporter ce dont vous avez besoin. »

Comme ce métal dont il semblait avoir besoin. Ou alors des nouvelles de ses amis Rick et Stan, nom que j'avais capté dans ses pensées tout à l'heure.

« Je ne sais pas par contre si je pourrais vous faire entrer en ville discrètement. Parce que je suis particulièrement discrète, j'ai été entraîné pour cela et donc personne ne me voit jamais. Ce n'est pas pour rien que je suis une des meilleure il paraît. Je me renseignerais sur un moyen de vous introduire dans la ville sans que cela ne se voit. Ça devrait pouvoir se faire. »

La jeune fille s'arrêta un instant, se rendant compte qu'elle n'avait rien donné d'elle, mis à part son accord. Mais elle devait tout de même donner quelque chose, la seule information qu'elle consentait à donner sans trop rechigner les trois quarts du temps.

« Je me nomme Illyana au fait. »

Et elle finis par se taire totalement. Attendant de savoir ce qu'il pensait de tout ce qu'elle avait dit.


[Hrp]J'ai inventé des noms, si jamais tu voulais des noms particulier n'hésite pas à me le dire je les changerais ^^[/Hrp]


Dernière édition par Illyana Calderone le Jeu 17 Mar - 9:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Ex-commandant

avatar
Wayne Balth

Localisation : Dans la maison de ma femme
Métier : Serviteur de ma femme
Humeur : Heureux avec ma femme
Crédits : http://lorandesore.deviantart.com


Feuille de personnage
Métier: CRAPA ... Commandant Recherché Activement Par l'Autorité.
Âge : 39 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Leçon n°2 : Réfléchir ne tue pas, mais rend plus fort ! (Pv Wayne)   Lun 14 Mar - 17:06


Coeur palpitant à l'annonce d'un nom. Respiration calme tentant soudain de s'emballer. Wayne resta maître de son corps, l'obligeant à ne rien laisser transparaître. Avec le temps, il en avait eu l'habitude. Son père avait fait naître cette habitude.
Renan Marc... Renan...
Sa victime. Celui qu'il avait tué. Réellement ? Etait-ce la vérité ou un coup monté ? Il ne se souvenait de rien... Comment en être sûr ? Et pourtant, il restait une pointe de doute... Tout était possible alors qu'il ne se rappelait de rien. Qui et quoi pouvait-il croire ? Son instinct ?... On peut dire qu'il ne lui avait pas été d'une grande aide dans cette affaire, jusqu'à maintenant.
Renan...
Il se souvenait très bien de lui. De son visage, de sa voix, de son rire même. Il riait souvent aux boutades du commandant. Jovial, il aimait ses camarades. Et admirait son supérieur... Il le lui avait avoué, un jour. Face à face. Et Wayne avait rit de bon coeur tout en le prenant dans ses bras.
Renan... Un gamin de vingt-cinq ans à peine. Et il l'avait tué.
Assassiné. De sang-froid.
Comment avait-il pu le faire avec de telles pensées ? Non... C'était impossible. Ce n'était pas lui. Non.

Wayne se ressaisit, se rendant soudainement compte du silence qui s'était installé entre eux.
Ils n'avaient pas retrouvé le corps. Cette information tilta dans son esprit. Lorsqu'un corps disparait, ça cache souvent quelque chose. Et l'homme savait qu'il n'aurait eu aucun intérêt à cacher le corps de Renan. Il n'était qu'un simple soldat de la troupe aérienne, il n'avait aucune information, aucun pouvoir au sein de l'armée. Alors pourquoi le corps s'était-il volatilisé ?
L'allomancien ne pouvait avoir assassiné Renan Marc.

La jeune femme reprit soudainement la parole, ses mots firent froncer instantanément les sourcils de Wayne.
Cal Esra. Il aurait dû s'en douter. Le commandant n'avait jamais pu sentir le soldat Esra. Cet homme avait quelque chose en lui qui n'inspirait pas à la confiance, il ne s'était lié avec personne, ne s'était pas même approché du commandant. Trop discret pour être remarqué, mais assez présent pour rester dans le bataillon de garde. Il ne perdait cependant jamais l'occasion de mettre un camarade hors jeu et savait comment déclencher des bagarres. Esra ne perdait jamais une occasion de mettre la troupe de Balth en effusion. Certes, il possédait plusieurs qualités en tant que soldat. Mais ça s'arrêtait là. Wayne le gardait parce qu'il était doué.
Doué, mais pas jusqu'à prétendre au grade de commandant. Il n'en avait pas l'étoffe. Si Balth avait eu son mot à dire, il aurait sans aucun doute nommé Raine O'Bane. Soldat depuis maintenant dix ans, il connaissait la plupart de ses compagnons et avait un esprit tactique que l'allomancien avait souvent mis à contribution.
Le fait que l'on parle d'Esra à la succession ne le surprend étonnement pas. Bien au contraire, cette information renforce sa théorie.

- Ah ça, pour être un sale con, c'est un sale con. J'ai eu beau essayer de m'en débarrasser, Eya ne voulait jamais en entendre parler. Il parait qu'on a besoin de soldats qui savent se battre.

Et la jeune femme étonna l'allomancien par ses mots. Bien plus qu'un monologue pour répondre à des questions, elle commençait à le convaincre. Le convaincre de la cause qu'elle servait. Et il se surprit à sourire.
Saester allait mal. Et elle l'avait remarqué tout comme plus de gens que ce que l'on pouvait croire. Saester était sur le point d'imploser. Ville divisée, les complots grouillaient de toutes part. Rassemblez un groupe dans une caverne, empêchez-les d'en sortir et inévitablement, les choses se compliquent. Après tout... ils restent des êtres humains. Le mal est ancré en eux. Tout comme le bien.
Les complots de Saester paraissent alors plus imposants que ce qu'il n'y parait. La ville était en danger.

La jeune femme accepta de devenir les yeux et les oreilles de l'ancien commandant. A une condition. Il lui sourit.

- C'est donc un accord conclu !

Une alliée. Et il pouvait le sentir, pas des moindres. Avoir une espionne dans son camp n'était jamais une mauvaise chose, bien au contraire. Surtout lorsqu'elle vous regardait de cet oeil.

- Oh, pour l'entrée discrète, ne t'en fais pas. Trouves-moi simplement un coin de muraille qui n'est pas fréquenté et je ferais le reste. Il parait aussi que je possède certains talents en tant que commandant, je crois peu ces rumeurs, cela étant. Renseignes-toi tout de même, on ne sait jamais, un jour où je veux choisir la voie de la facilité.

Il lui fit un clin d'oeil sans même se rendre compte que le tutoiement se fit de lui-même, avant qu'elle ne lui donne enfin son prénom. Wayne en fut étonné. Il la sentait très discrète et à ne pas donner son nom au premier rendez-vous. Illyana... Ce nom ne lui disait rien, au contraire de son visage. Après tout, elle était espionne. Sa tache consistait en cela, rester anonyme.
L'homme se rendit compte que le silence s'était réinstallé. Il s'attendait à l'entendre de nouveau, mais il n'en fut rien. Elle ne parlerait plus, c'était à son tour.

- Le tout est de savoir quoi faire. C'est bien beau de vouloir sauver Saester, de découvrir et mettre à nu les complots de cette ville et de ce foutu maire, mais à deux ça risque d'être... compliqué. Après la petite annonce de notre ami bien-aimé de ce matin, terminée rapidement par ma faute, j'ai entendu quelques rumeurs parmi les habitants. Il y aurait une réunion secrète qui se tiendrait à l'auberge du Tyvis Boiteux. Peut-être pourrions-nous y faire une apparition ? Repérer ceux qui seraient prêts à se battre ? Je ne peux malheureusement pas montrer mon visage. Je pourrais dans tous les cas y assister, mais sûrement pas prendre la parole.

Il prit un instant pour réfléchir à l'idée.

- Je te donne ma confiance pour faire passer un message en mon nom.

Son regard cobalt se posa sur la jeune espionne. Confiance ? Pas totalement, après ce qu'il venait de vivre. Mais étant dans la pièce lui-même, elle ne pourrait dire quelque chose qu'il ne dirait pas lui-même. Et même si cela était un piège pour l'attirer en ville, il lui restait encore assez de métal pour se sortir d'une situation périlleuse.

- Je pense qu'il faut assister à cette réunion.





[ J'espère que ça te plait ! Et désolée du retard Les noms sont très bien :3 Oh et j'ai pensé que ça pouvait faire une chouette suite pour la réunion et tout ! Dis-moi si ça te gêne, étant donné que tu as déjà posté pour le rp de réunion nocturne. ]
Revenir en haut Aller en bas
http://ewilan.jeun.fr

Espionne

avatar
Illyana Calderone

Âge : 29
Métier : Espionne


Feuille de personnage
Métier: Espionne
Âge : 29 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Leçon n°2 : Réfléchir ne tue pas, mais rend plus fort ! (Pv Wayne)   Jeu 17 Mar - 9:11

Sa remarque sur Cal aurait pu la faire sourire, si elle se souvenait comment faire maintenant, cependant, elle était contente en un sens que celui qui avait été exilé parce qu'il se trouvait probablement trop près de quelque chose, soit du même avis qu'elle. Ces derniers temps, elle avait plutôt l'impression de marcher en terrain miné. Savoir qui était son allié ou ne l'était pas. Savoir qui était d'accord avec le maire ou ne l'était pas. Le problème n'était pas de le savoir, elle pouvait largement le lire dans leur tête, le souci c'est que nombreux étaient les combattants à agir comme des moutons. Ils suivaient scrupuleusement les ordres, sans trop se poser de questions, or, le mieux tout de même était de pouvoir réfléchir par eux-même non ? Après tout, chacun étaient censé être au service du peuple, or seuls les moutons ne remarquaient pas qu'ils étaient en vérité au service du maire et non du peuple. Ce genre de la chose la mettait hors d'elle. Parfois, l'espionne avait bien envie d'en secouer quelqu'un. De leur montrer que tout n'était pas rose, de leur faire voir son monde à elle, celui qu'elle voyait depuis ses ombres. Bordel, même ceux qui travaillaient avec elle était des abrutis qui ne pensaient pas que le maire pouvait agir de cette façon. Était-ce à cause de son pouvoir et de la noirceur qu'elle avait ressentit lorsqu'elle avait tenté de s'infiltrer dans sa tête qui l'avait rendu ainsi ? Non, s'était les agissement de celui qui était censé les protéger qui l'avait alerté. Les bannissements excessif et celui de l'ancien commandant en particulier. Tant de chose inexplicable. Son trou de mémoire à lui, cette absence de corps, ces faits relatés si différents qu'elle avait pu entendre. Quelque chose ne tournait pas rond et si ça ne tournait pas rond, ce ne serait bon pour personne.

Un soupir muet lui échappa alors qu'il était d'accord avec ce que la jeune fille venait de lui demander. Et la suite la fit sourire intérieurement. Elle se renseignerait. De toute façon, ces derniers temps ses missions étaient plus éparses. Probablement parce que sa dernière avait été un succès, malgré le fait qu'elle n'avait pas tout dit de ce qu'elle avait pu entendre dans la tête de ce type. Type étrange d'ailleurs, qu'elle n'aurait pas cru être si plein d'information. Mais elle en avait appris assez pour elle, bien plus que n'importe qui ne pouvait le savoir. On aurait pu penser qu'elle en savait plus, mais l'espionne avait été bien entraîné, probablement trop bien entraîné et personne ne pouvait dire si elle omettait des informations ou si elle donnait tout. L'avantage du métier probablement. Ou peut-être pas. L'avantage de son pouvoir plus probable. Il y avait des choses qu'on pouvait faire avec un don comme le sien. Et si elle n'était pas devenu une voleuse de bas-étages -les informations valaient leur pesant d'or dans ce genre de situation- elle n'était pas non plus idiote pour faire une confiance aveugle aux combattants, surtout avec son père qui se méfiait du maire et lui avait transmis cette méfiance dés le début. Après tout, il n'avait parlé à personne de mon don, pour eux, j'étais juste extrêmement souple et je pouvais me fondre dans les ombres très facilement. Comme si cela pouvait être un véritable pouvoir. Mais personne ne pouvait lire dans les pensées de mon père, pas plus que moi, comme si sa capacité à détecter les pouvoirs des autres, le rendait insensible à ces mêmes pouvoir. Tant mieux.

Elle finit par hausser les épaules pour se remettre dans le droit chemin de la pensée. Il se demandait bien pourquoi elle venait de donner son prénom ? Parce qu'elle trouvait cela impoli de savoir le sien alors qu'il ne connaissait même pas le sien. Mais ce n'était pas que cela, en donnant son nom, elle montrait qu'elle avait confiance en lui, car aucun espion ne disait jamais comment il s'appelait. Généralement, ils avaient tous des noms de code, celui d'Illy était un truc bateau ''shadow''. C'était comme ça que tout le monde l'appelait, parce qu'elle se fondait tellement parfaitement dans les ombres que dans une traque, les poursuiveurs étaient perdants. S'était aussi peut-être pour cela qu'on lui réservait les boulots les plus complexes et qu'on venait après avec les niaiseries du genre t'es la meilleure pour faire passer la pilule. Elle l'écouta parler, se dit qu'ils avaient au moins tous les deux le même cheminement de pensée et une fois qu'il eut finit, elle sortit de sa poche un jeton. Elle en avait piqué plusieurs dans la poche de celui qui les donnait. Bah quoi, espionne quoi. La jeune femme tendis alors le jeton au commandant.


« Voici pour vous. Il vous faudra ça pour entrer, j'en ai quelqu'un d'avance, je suis assez prévoyante. »

Cependant, quelque chose clochait dans son plan et il fallait qu'elle lui dise clairement.


« Je ne suis pas la seule à se dire qu'il serait bon d'aller à cette réunion, d'ailleurs j'avais prévu d'y aller. Cependant, contrairement à ce que vous dites, je ne peux pas plus que vous passer un message en votre nom. Je suis une espionne, si je ne reste pas dans l'ombre, si on me connaît, alors tout devient plus compliqué pour moi. Je ne peux pas me permettre de parler pour vous, mais.... »

Parce qu'il y avait toujours un mais, s'était bien connu, surtout avec elle d'ailleurs. Elle était un peu trop en accord avec les enseignements de son père sur ce point-là. Faire durer le suspense. Durant des interrogatoires, s'était ce qu'il y avait de plus drôle. Elle laissa donc une minute de silence passer, par habitude et pas par jeu pour cette fois et reprit.

« … Je connais quelqu'un de confiance. Je remettrais ma vie entre ses mains si cela devait en être ainsi. Je pense qu'elle pourrait parler pour vous. Oui, je pense qu'elle pourrait faire en sorte de délivrer votre message. Vous n'avez qu'à me le donner et je lui ferais passer. J'ai prévu d'en donner à plusieurs personnes. »

Elle sortit les jetons restant de ses poches pour lui montrer et finalement reprit tranquillement la parole.

« Nous serons pas mal à assister à cette réunion je pense et nombreux dans le camp de ceux qui ont envie de faire bouger les choses. Si vous avez besoin de quelque chose en particulier, n'hésitez pas à demander, je vous le ferais passer à ce moment-là. Sinon et bien je suppose qu'on se reverra là-bas. »

Après tout, techniquement ils n'avaient plus rien à se dire, mis à part s'il voulait encore lui dire quelque chose. Sinon, elle ferait bien de rentrer. Rester trop longtemps dehors ne ferait que la faire soupçonner, même si en vérité, personne ne la trouvait jamais, sauf si elle voulait qu'on la trouve. Elle attendait donc patiemment de savoir ce qu'il voulait qu'elle dise et savoir s'il avait besoin de quelque chose. Ensuite... Ensuite ça allait être drôle.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Leçon n°2 : Réfléchir ne tue pas, mais rend plus fort ! (Pv Wayne)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Leçon n°2 : Réfléchir ne tue pas, mais rend plus fort ! (Pv Wayne)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [FB] Boire ou réfléchir, il faut choisir [PV Nakata]
» Élévation a la prêtrise des clercs Amadeus0 & Brennach
» Errer fait réfléchir [Eris]
» Réfléchir peut nuire gravement à la publicité...
» 02.03/10.L.Tous pour un de plus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dakeris RPG :: Extérieur :: Forêt des Zéros-