Partagez | 
 

 Wayne Balth - L'Allomancien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Ex-commandant

avatar
Wayne Balth

Localisation : Dans la maison de ma femme
Métier : Serviteur de ma femme
Humeur : Heureux avec ma femme
Crédits : http://lorandesore.deviantart.com


Feuille de personnage
Métier: CRAPA ... Commandant Recherché Activement Par l'Autorité.
Âge : 39 ans
Inventaire:

MessageSujet: Wayne Balth - L'Allomancien   Ven 23 Oct - 18:02


Wayne Balth

There's always another secret. | Wayne Balth


Nom : Balth
Prénom : Wayne
Âge : 39 ans
Sexe : Homme
Orientation sexuelle : Hétéro, jusqu'à maintenant
Groupe : Exilé
Métier : Ancien Commandant de l'Armée de Combat Aérienne

Crédits des images : http://lorandesore.deviantart.com

Pouvoir


L'Allomancie.
Pouvoir impliquant la combustion de métaux à l'intérieur du corps pour acquérir des pouvoirs particuliers. Simple mélange d'une poudre de métal aux quantités précises et d'un liquide quelconque, préparé par l'allomancien. Après avoir ingéré les métaux, l'homme les sens dans son corps. Il les “brûle“ alors pour activer leurs capacités. Chaque métal possède un pouvoir particulier, l'homme n'a seulement répertorié que six métaux utiles jusqu'à aujourd'hui. A la suite de quelques tests désastreux.
Un métal non allomancien a l'inconvénient de le rendre excessivement malade une fois brûlé. Ou même pire. Par association, un mélange n'étant pas préparé au gramme près peut également le rendre vaseux.
Autres inconvénients : devant ingérer un mélange pour utiliser son pouvoir, il peut arriver que l'homme soit à court de métal. Volez-lui ses fioles et il est impuissant. L'homme ne peut garder ses métaux plus d'une journée dans son corps, il doit le laisser s'échapper au risque de ne pas le supporter.


Voici les six métaux répertoriés par l'homme et leurs effets :
- Fer : exerce une poussée sur les sources de métal proche. Cela ne fait qu'appliquer une force proportionnelle au poids de l'homme. Si l'objet en question est plus imposant que le poids de l'homme, ce dernier en est repoussé.
- Acier : exerce une traction sur les sources de métal proche. Cela ne fait qu'appliquer une force proportionnelle au poids de l'homme. Si l'objet en question est plus imposant que le poids de l'homme, ce dernier est attiré vers l'objet en question.
- Etain : affine les sens. Cela lui permet de voir la nuit ou d'écouter des discussions à voix basse, mais cela peut aussi le rendre aveugle s'il perçoit une lumière trop forte ou sourd si un son trop violent lui parvient.
- Potin : accroit les capacités physiques.
- Laiton : apaise les émotions.
- Zinc : exalte les émotions.


Wayne Balth est dépendant de ses métaux. Découverte de son pouvoir à ses 11 ans alors que son père venait de le battre encore, rendant son oeil droit inutilisable. Crevé. Il n'a jamais pu s'en passer. Il a besoin de son pouvoir, de ses métaux. De sentir leur présence dans son corps.
Il peine cependant souvent à trouver certains de ces métaux.


Description physique

Extraits du Journal de Bord du Commandant W. Balth :



« Jour 36 de l'entrainement des troupes après retour de patrouille. Les bleus ne sont pas à la hauteur. Lâchés sur l'île, ils ne tiendraient pas une minute. Et je suis en manque de métal, je ne peux défendre les lignes à moi seul. Ma jambe. Mon oeil.
Estropié. Un soldat défiguré au fil des combats. Mon premier souvenir de guerre : cet oeil blanc qui voit la nuit. L'autre, bleu, le voit bien. Cet oeil mort. Inerte, tentant en vain de voir à nouveau, tournant dans son orbite arrondie, fou. Ce regard reste cependant verrons, ciel et neige. Et pourtant, je suis Commandant des Troupes de Combat Aériennes. Cet oeil est mort depuis mes onze ans. Je l'avais déjà perdu.
Peu ne se figent pas devant mon physique. Je le vois dans les yeux des nouvelles recrues de ces derniers jours. Ils tiquent tous sur ma chevelure bleutée. Bleutée ? Pas exactement. Plutôt bruns aux reflets bleus. Un effet particulier des métaux que j'ingère. Ma moustache en revanche, reste d'un brun solennel.
Mais ce ne sont ni mes cheveux ni mes yeux ni mes nombreuses cicatrices qui attirent leurs regards. Ma jambe. Ou cette absence de jambe. Quelques années plus tôt, je l'ai perdue. Perdue ? C'est un bien joli mot pour expliquer qu'un Zéro en a fait son repas lors d'un raid aux abords des plages.
Je la sens toujours... Je sens chaque muscle, chaque os, chaque cellule disparue. Je la sens, mon unique oeil ne la voit pas. L'étain m'aide à supporter son absence. A la place, cette ferraille qu'ils appellent "prothèse révolutionnaire" n'est autre que ma jambe.
Je ne suis fait que de métal. Ma jambe, ma drogue. Mon pouvoir.
Homme de métal. »




« Jour 47 de l'entrainement des troupes après retour de patrouille. Deux jours avant le départ d'une nouvelle patrouille de repérage aérienne. Nous nous envolons dans le ciel sombre de la grotte. Un ciel ? Non, une cage de pierre.
Voler. Un art où l'oiseau et l'homme fusionnent pour devenir qu'un seul et même être. Mon admiration pour eux est sans limites. Sentir leur puissance sous mes grandes mains usées par les entrainements comme les combats, entendre leurs souffles intenses, mon coeur battant en écho à leurs grandes ailes.
Etant plutôt grand, ma monture l'est tout autant. Nous ressemblons à notre compagnon, nous sommes deux êtres devenant qu'un dans le ciel. Pattes élancées, grandes jambes. Bras habiles, ailes rapides. Plumage claire, peau pâle. Bec destructeur, lame aiguisée au côté.
Lorsque nous volons, mes muscles tressaillent lorsque les siens se tendent. Mon souffle devient le sien, son souffle devient le mien. Nos deux corps identiques s'harmonisent.
L'homme de métal sait voler. »
 

Caractère





Témoignage de Stan Klint, soldat des Troupes de l'Armée Aérienne de Combat :



« Wayne est un homme étrange, je n'ai pas peur de le dire. Mon supérieur, mais avant tout mon ami le plus proche. J'ai peine à croire ce qu'on m'en dit. Mais voici ce qu'il est réellement : un homme courageux et loyal. Il n'hésite pas à venir en aide à ses soldats, malgré son visage souvent fermé lorsqu'il n'est pas avec nous.
Il aime rire. Il me l'a toujours dit, il nous l'a toujours répété. Il préférait nous entendre rire que se lamenter. Lors des entrainements, il nous ordonnait de sourire au lieu de froncer des sourcils. Wayne est un homme étrange. Mais il sait comment être avec les autres. On voit bien son oeil vide, on sait tous que son passé est douloureux pour lui. Il a toujours refusé de m'en parler. Les seules fois où j'ai essayé de lui soutirer quelques informations, je me suis retrouvé repoussé violemment à l'autre bout de la pièce. N'essayez surtout pas de lui poser des questions. J'en ai encore mal aux fesses.
Wayne est un homme étrange, empli de secrets. Son passé reste un mystère, son pouvoir tout autant. Nous savons qu'il en a un, mais ignorons de quelle sorte. Il n'a cependant besoin d'aucun geste, c'est certain.
Wayne est bruyant. Il parle beaucoup, sûrement pour cacher quelque chose d'autre. Un souvenir, une blessure. Bruyant, il sait faire rire. Sa bouche sourit lorsque son oeil est vague.
Il a un coeur, c'est certain. Pour les êtres humains. Je l'ai vu plus d'une fois devenir prédateur assoiffé de sang lors de combats. Il en perd toute notion de retenue et en ressort souvent blessé. Il désire éradiquer la race des Zéros et retrouver l'île. Cet homme ne ressent pas la douleur, je ne sais comment l'expliquer.
Il semble seulement addict à ces étranges fioles qu'il promène toujours à ses hanches. Il ne s'en passe pas. De souriant, il peut devenir aussi froid qu'un sommet de glace. Wayne est étrange.
Son plus grand rêve : voler dans le ciel sans avoir peur de tomber sur un monstre capable de le dévorer en deux coups de mâchoire. »


Histoire

Lettre d'un enfant à sa mère :



« Maman, pourquoi papa m'aime pas ? Je comprend pas pourquoi il est méchant avec moi. J'ai mal, maman. Le bleu sur ma peau, ça fait mal. Mon poignet est tout rouge, il est mouillé. Je saigne. J'ai très mal, maman. Il a frappé fort aujourd'hui. Maman, pourquoi la bouteille elle est vide ? Pourquoi tu ne me réponds pas ? Tu es couchée sur le sol et tu regardes dans le vague. Moi, je suis assis à table et te regarde. Je t'aime, maman. Tu m'aimes, toi ?
Pourquoi la bouteille elle est vide ? Tu ne m'entends pas, alors j'écris. Peut-être que tu liras ma lettre demain. J'aimerais te voir sourire, maman. Tu sais, demain j'aurais moins mal. Et de toute façon, papa est parti. Il rentrera pas avant trois jours. Maman, réveilles-toi. J'aime pas voir de l'eau couler sur ton visage. Les larmes c'est pas joli, sauf quand tu ris en même temps. Papa trouve que je ris trop, il aime pas ça. Il m'aime pas moi. Il veut que je sois un soldat, comme lui. Sans aucun rire. Mais moi, je veux pas ça. Je veux voler. Dis, tu crois qu'un jour je pourrais me coucher sur le dos d'un de ces grands oiseaux si beaux ? Maman, toi, tu souris quand je ris. Toi, tu m'aimes, je le sais. Tes yeux brillent quand tu me regardes. Mais pas maintenant. Tes yeux sont vides, comme la bouteille. Promets-moi que c'est la dernière.
Dis, maman, on ira se promener ensemble demain ? »



Note d'un gamin de dix ans riant aux éclats laissé dans la main de sa maman :



« Papa était méchant aujourd'hui, mais j'ai moins mal qu'hier. Il ne s'est pas énervé contre moi. J'ai quand même peur. Cet après-midi, par contre, je n'avais pas peur. J'ai passé la journée avec des amis ! Tu sais, ceux dont je t'ai parlé ! Je les aime beaucoup. Dis, maman, tu crois que c'est bien de rire ? Moi j'adore ça. Ca fait du bien à mon ventre, mais surtout à mon coeur. J'ai eu quelques larmes, mais ces larmes étaient jolies. Parce qu'y a un sourire avec. Tu crois que papa sait rire ? Je suis pas sûr. J'ai même pas vu un sourire sur ses lèvres, alors un rire...
Maman, j'adore rire ! Je veux rire pour toujours ! Dis-moi, tu veux rire avec moi ? »



Extraits du Journal de Bord de Wayne Balth, 23 ans, soldat de l'Armée de Terre :



« Aujourd'hui, je repense à ce jour. Soldat de vingt-trois ans, je repense à ce jour. Ma mémoire dessine tous les détails en traits de feu sur la toile de ma mémoire. Onze ans. Ce jour où les distances se sont effacées à jamais de mon champs. Ce jour où je ne vis plus le monde sous le même angle. Pourquoi ce souvenir me revient-il aujourd'hui ? Pourquoi pas.
Mon père. Toujours lui. Furieux. Pire que tout. Sa colère n'avait jamais été aussi intense. Je me souviens de ses pas à l'entrée, je me souviens de mon rire résonnant dans la pièce. Ma mère riait enfin, elle avait lâché sa bouteille pour m'écouter. Et je riais. Mon père entra dans la pièce.
Son regard croisa le mien, mon sourire se perdit, s'estompa, se mua en grimace terrifiée. Mon père se jeta sur moi, sortit sa lame. Il ne la sortait que rarement. Voir jamais. Sa phrase restera gravée en ma mémoire tant sa voix avait vrillé mes tympans.
Te moques-tu de moi ?? »
Ce jour-là, il s'était vu refuser le post auquel il aspirait. Commandant. Pourquoi ? Trop sanguin, brutal, sans aucun sens de la camaraderie. Les mots exactes des rapports du Lieutenant de l'époque. Je les ai lu.
Mon père était furieux. Pire, je voyais sa haine brûler dans ses yeux fous. Je me souviens l'avoir trouvé drôle, je me souviens avoir pensé qu'il méritait ce qu'il lui arrivait. Je me souviens du léger sourire qui planait le temps d'une seconde sur mon visage. Assez pour qu'il le remarque.
Sale petit enfoiré !!“
Ce furent ses mots avant de lever à nouveau la main sur moi. Encore et encore. Il frappa, mon corps tremblait, tressaillait, je n'engendrais aucun mouvement de défense. Je savais que ça ne ferait que le provoquer. Et je le vis. Cet éclat dans le coin de mon oeil. Il leva ce poing de fer au-dessus de ma tête, représentant de sa haine folle.
Il abattit ce poing.
Le reste se déroula si rapidement, deux ou trois secondes à peine. Un réflexe s'était emparé de moi. Deux ou trois secondes. Le temps à mon corps de réagir.
La pointe de la lame se planta dans mon oeil. J'entendis à peine le hurlement que je poussai alors. Deux ou trois secondes. Une chaleur intense s'empara de moi, des larmes coulèrent en torrent sur mes joues, une douleur atroce brûlait mon visage. Brûlait. Instinctivement, mes bras partirent vers l'avant dans l'espoir de repousser cette chose qui me faisait tant souffrir. Je sentis quelque chose de froid s'extirper de mon oeil.
La lame de mon père. La lame s'envola à mon exact opposé, mon père l'évita de justesse. Mes mains formèrent une barrière protectrice devant cet oeil si douloureux. Les larmes ne cessaient de couler.
Je venais de découvrir mon don. De découvrir l'allomancie. Je venais de brûler du fer. Une légère poudre laissée par la lame dans mon oeil.
Je venais d'empêcher mon meurtre par la main de mon propre père.
Je venais de perdre mon oeil pour sauver ma vie. »


« Des souvenirs me reviennent en masse. La semaine dernière, aujourd'hui encore. Pourquoi ne puis-je sourire sans mensonge ? Tous à la caserne ignorent mon passé, ils me voient rire et ce simple fait leur suffit. Pourtant, je repense à toutes ces années de terreur, d'abandon. Je repense au visage de ma mère.
Ses grands yeux bleu à double tranchants, vides ou aimants. Je voyais son amour à travers ses iris, je voyais sa détresse après une ou deux bouteilles roulant sur le sol froid de la maison. Son sourire, je devais être le seul à le connaître. Sa peau était si douce, ses joues roses et son nez fin. Mon oeil droit se souvient.
Je me souviens de ses regrets comme s'ils étaient miens. De ses tourments, de ses peines. A présent, je sais pourquoi tant d'alcool a coulé dans ses veines. Elle se sentait coupable. Me voir défiguré, borgne, des bleus sur mon corps entier, jamais épargné, elle ne l'a jamais supporté. Elle ne pouvait rien faire, mon père était trop fort. Elle n'avait plus personne et n'aurait pu s'occuper de moi seule. Elle ne supportait plus la violence de mon père. Elle m'aimait et la perte de mon oeil fut pour elle le coup de trop.
Elle était si belle, elle était si gentille.
Elle s'est donné la mort l'année de mes treize ans. »



Extraits du Journal de Recherches de Wayne Balth, 16 ans :



« Quarante-troisième expérience sur le métal. Mes dernières recherches ont toutes été sans succès. Quelques jours plus tôt, j'ai testé un alliage différent. Une sorte de mélange d'argent et d'étain. Une fois ingéré, j'ai attendu quelques minutes avant de le brûler. Sans succès. Rien ne se produisit. Quelques minutes plus tard, mon corps refusa de me répondre. Il se plia en deux, le contenu de mon estomac se retrouva sur le sol. Je suis resté allongé durant deux jours, incapable de me mettre debout, à moitié inconscient. Mon père a encore réussi à me hurler dessus, mais c'est tout ce qu'il sait faire à présent. Il ne me frappe plus depuis longtemps, il a parfois peur de moi. Tant mieux.
Je n'ai pu écrire ce rapport plus tôt, étant dans un état bien trop critique. Encore aujourd'hui, quatre jours après l'expérience, je me sens nauséeux.
Note à moi-même : ne plus utiliser d'argent pour mes mélanges. »


« J'ai enfin trouvé de nouveaux alliages ! Ce matin, j'ai eu une idée et ça a fonctionné ! Ce qui me fait deux métaux supplémentaires en plus du fer, connu à mes onze ans.
Note : ajouter à la liste des métaux : le potin (accroit les capacités physiques) et le laiton (permet d'apaiser les émotions d'autrui).
J'ai hâte d'expérimenter ces nouvelles capacités ! J'essayerai sur mon père ce soir en ce qui concerne le laiton... »



Extrait du Journal de Wayne Balth, 17 ans :



« Aujourd'hui je rejoins l'Armée !! Mon but : faire parti de la troupe aérienne de combat. Pas besoin d'en dire plus. Je ne sais cependant quand je pourrais à nouveau écrire. »



Extrait du Journal de Bord de Wayne Balth, 19 ans, soldat de l'Armée de Terre :



« Mon père est mort.
Une attaque a explosé dans la forêt, aux abords des limites de nos terres. Des Zéros ont réussi à percer nos défenses. Les soldats se sont vite lancés à l'assaut de ces monstres. Mon père et moi étions là-bas. Je l'ai vu mourir. De mes propres yeux. Je n'ai rien senti. Mon oeil était vide, mon coeur battait à un rythme régulier. Je me suis retourné sans état d'âme, aucun sentiment affiché sur mon visage, pour reprendre le combat. Pour défendre ma véritable famille. L'armée.
Mon père est enfin mort.
Je ne veux pas m'étendre sur le sujet. »



Extraits du Journal de Bord de Wayne Balth, 23 ans, soldat de la Troupe Aérienne de Combat :



« Aujourd'hui, je rejoins la troupe aérienne. Mon rêve depuis que je suis entré dans l'armée !
Bilan des dernières années : entrainements sur entrainements, missions sur missions, il fallait que je sois meilleur que tous les autres. Un oeil en moins, je devais redoubler d'efforts. Ces derniers furent triplés. Je devenais plus fort, je faisais rire mes camarades. La plupart m'appréciaient même si certains ne voyaient pas d'un bon oeil le fait qu'un borgne commence à les surpasser. J'ai cependant la confiance de nombres personnes, ils me disent loyal et courageux.
J'ai découvert trois autres métaux, au prix de nombreuses semaines de convalescence. L'acier, l'étain et le zinc. Je me rend compte qu'il existe une certaine logique entre eux. Ils fonctionnent en duo.
Bilan des années à venir : voler. Une fois que j'aurais trouvé le tyvis qui m'est destiné, je volerais. Autant que je le peux. J'ai hâte de me lier à un de ces êtres fabuleux. Je volerais et ensemble, nous dégagerons le ciel et la terre de ces horribles bêtes. »



Lettre de Pâhl Kried, Commandant de la Troupe Aérienne de Combat, à l'intention du Chef des Troupes, décachetée après sa mort :



« Ma chère, je ne suis plus tout jeune. Vous le savez aussi bien que moi, un jour viendra où je perdrais un combat. Je vous fait parvenir cette lettre afin que vous sachiez mon ressenti sur la personne que vous devriez désigner à ma succession. A mon sens, l'homme que je vais vous proposer est extrêmement prometteur. S'étant fait remarqué par sa fougue et son courage, il n'a cessé de surprendre ses supérieurs. A son arrivée, il partait déjà mal lorsque nous avons compris la difficulté avec laquelle il partait. Son handicap nous laissait tous perplexes, il nous laissait penser qu'il rejoindrait la liste des jeunes soldats morts au front. Rien n'en fit. Il résista, il survivait tant bien que mal. Il s'entraina dur pour parvenir au niveau des autres tout en gardant ce sourire qu'il sait transmettre. Enfin, il vole comme personne. Son lien avec son tyvis doit être exceptionnel, je ne sais si cela est dû à un quelconque pouvoir. Il ne nous a jamais révélé la véritable nature de son don, même si nous savons pertinemment qu'il en possède un. Vous savez de qui je parle, célèbre pour ses grands éclats de rire et ses tours fréquents à l'infirmerie. Cela fait plusieurs années qu'on ne l'y a plus vu, par ailleurs. Sa santé doit se porter bien mieux. Vous voyez à qui je fais allusion.
Pour ma succession, je propose le soldat de la Troupe Aérienne de Combat, Wayne Balth, 32 ans aujourd'hui. »



Extrait du Journal de Bord du Commandant Wayne Balth, 35 ans, infirmerie de la caserne :



« Six mois de convalescence. Six mois de douleur. Physique et mentale. L'un des deux souffrant plus que l'autre. Je la sens encore... J'ai encore l'impression de pouvoir la plier, l'utiliser. Pourrais-je ne serais-ce que me remettre sur pieds un jour ? Ni mes amis de la caserne ni mes soldats n'osent m'adresser la parole. Je suis Commandant et personne n'ose venir m'avouer les bonnes ou mauvaises nouvelles. Ils me laissent tranquille alors que je souhaite retourner au combat, aux côtés de mes troupes. Je ne veux aucun traitement de faveur.
Je la sens... J'ai vidé toutes mes fioles d'étain. Avec lui, je sentais cette absence, je pouvais me rendre compte de ma perte. M'y habituer petit à petit. Mais plus maintenant. J'ai besoin d'étain, il m'en faut davantage...
Foutu jour de patrouille... Foutue embuscade. Foutus Zéros. Ils nous attendaient. Ils se sont rués sur nous, prédateurs affamés de sang. On n'a rien pu faire. Les armes n'ont pas suffi. J'ai pourtant essayé... Dieu sait que j'ai essayé... Klint était en mauvaise posture, la plupart de mes soldats se faisaient massacrer. J'ai hurlé l'ordre de replis. Mais Klint était en danger, il n'aurait pu s'en sortir...
Je la sens sous le drap... Est-elle toujours là ?...
Klint allait mourir. Je ne pouvais le tolérer, trop de morts déjà à déplorer. Je fis ce que tout Commandant aurait fait. Je suis allé porter secours à mon soldat. Et lorsqu'enfin j'arrivais aux côtés du Zéro, il se retourna et détruisit la cage thoracique de mon tyvis d'un seul coup. J'étais à terre.
La suite, je ne m'en souviens que très peu. La douleur atrocement forte, mon hurlement de rage, mon corps brûlant se déchainant, libérant le reste de fer qui me restait afin d'exercer une poussée sur la selle en métal de mon tyvis et la lancer sur mon ennemi. Je me souviens avoir activé mon potin juste avant de sombrer. Je me souviens avoir vu le Zéro s'effondrer, mort.
Mon oeil revoit le sang s'écouler à mes pieds. Le potin m'a sauvé la vie.


Aujourd'hui, on me greffe une jambe bionique. »



Extrait du Journal de Bord du Commandant Wayne Balth, 39 ans :



« J'ai des doutes. Ces rumeurs, ces secrets, certaines personnes cachent de lourds fardeaux. L'armée n'est pas aussi bénéfique que ce que l'on peut penser, des gens murmures dans la caserne, dans les rues. Je soupçonne quelque chose. J'ai surpris une conversation quelques heures plus tôt, je ne sais si l'on m'a repérer. Il faut que j'aille faire un rapport à Eya Jones. J'espère qu'il »



Rapport de discussion entre un soldat inconnu et le Chef des Troupes, Eya Jones :



« Un soldat anonyme a dénoncé le Commandant Wayne Balth auprès d'Eya Jones. L'homme aurait apparemment disparu, il aurait déserté et se serait enfui dans la forêt. Certains pensent que ceci est le résultat de la perte de sa jambe, d'autres que ce sont ses étranges fioles qui l'ont rendu fou. Ce n'est pas tout. La source anonyme aurait vu le Commandant Wayne Balth assassiner de sang froid un homme de sa propre troupe. On a retrouvé le corps ce matin-même.
Par le décret d'Eya Jones, le Commandant Wayne Balth est désormais un déserteur et est par association devenu un Exilé. Toute personne croisant sa route est prié d'informer Eya Jones en personne ou un de ses lieutenants. Si Wayne Balth est retrouvé au sein de la ville de Saester, la loi concernant les Exilés devra lui être appliqué.
Wayne Balth est un traître à la cause. »

crackle bones




Derrière l'écran
Pseudo : Je vous laisse en décider, mais Wayne me parait approprié :3
Âge : ON DEMANDE PAS L'ÂGE D'UNE FEMME !! ON ESSAYE MÊME PAS DE LE DEVINER !!!
Pays : Celui du chocolat Hourra
Fréquence de connexion : Je ferais de mon mieux Guitare
Parlez nous de vous ! : Petits curieux Hehehe
Comment êtes vous arrivé ici ? : Grâce à ma femme inlove
Commentaire sur le forum ? : L'est beau et j'aime le contexte !! surprise
Autre / demande particulière : NOOOOOOOOOOOOO Retour en force ! enfin si... j'arrive pas à mettre mon vava sur la fiche, help ? >< (Oh et je me suis pas relue du touuuut... soyez indulgents >< /ahonte)
crackle bones


Dernière édition par Wayne Balth le Dim 25 Oct - 12:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://ewilan.jeun.fr

Lieutenant

avatar
Engun Oswell

Localisation : Somewhere only I know
Métier : Lieutenant -Instructeur Tivys
Humeur : Ya donut wanna know, pal
Crédits : CarrotCakeBandit sur DA & Angieladroguée


Feuille de personnage
Métier: Lieutenant
Âge : 21
Inventaire:

MessageSujet: Re: Wayne Balth - L'Allomancien   Sam 24 Oct - 12:12

Hoy o/

A première vue tout me semble bon, il ne manque que le crédit de l'avatar pour que tout soit bon.

Sinon j'adore ta manière d'écrire, façon journal ou extrait, c'est vraiment sympa !p et puis le pouvoir me plaît beaucoup. Et quand même, enfin un petit exilé :33
Revenir en haut Aller en bas

Dresseuse

avatar
Angie Aïel

Âge : 20
Localisation : Ville de Saester
Métier : Dresseuse
Crédits : selenada


Feuille de personnage
Métier: Dresseuse
Âge : 20 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Wayne Balth - L'Allomancien   Sam 24 Oct - 15:24

Angie à la rescousse ! Lama qui vole
Voilà ton avatar est affiché :3

Tout d'abord, bienvenuuue, même si c'est déjà dit depuis longtemps hug

Revenons à ta fiche !
Je suis choquée, tout simplement. De comment elle est écrite, de la personnalité de Wayne. C'est un merveilleux personnage et tu le décris si bien ! surprise
J'étais super à fond pendant la lecture, le début de l'histoire était vachement poignant même.
La complexité du personnage, ce qui lui arrive dans sa vie, tout... c'est bluffant. Tu sais ce que je pense du pouvoir (♥️) et j'apprécie beaucoup comment tu t'es approprié l'univers, depuis les plages, les Zéros, jusqu'aux soldats, Eya, les rapports... Tout est vraiment très réaliste. J'arrive pas trop à mettre de mots, mais en gros ta fiche envoie du lourd. Et le tout en un temps record, franchement bravo, je te tire mon chapeau inlove

Et.. Je veux un LIEN avec toi !  Moqueriiie

Breeef, tu es donc validé ! Hourra

Tu peux donc :
⊱ Chercher un partenaire de Rp sans tarder, le plus souvent cela se fait dans la section des Demandes de Rp mais un petit tour par la CB avec des cookies plein les bras est tout aussi efficace !
⊱ Tu peux créer également ton journal de bord dans cette section afin de laisser une trace de tes rp's, tes liens, tout ce qui te passe par la tête en rapport avec ton personnage.
⊱ N'hésite pas non plus à passer par la Zone Détente de temps en temps, il faut bien s'amuser un peu à côté !

PS : Merci pour la galère du trouvage de rang What a Face
Revenir en haut Aller en bas
http://dakeris-rpg.forumactif.org/

Musicien

avatar
Eyden Siradeo

Âge : 22
Localisation : Saester
Métier : Musicien - Chant et violon
Humeur : Tranquille
Crédits : Saimain & Eb


Feuille de personnage
Métier: Chanteur/Musicien
Âge : 22 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Wayne Balth - L'Allomancien   Sam 24 Oct - 21:07

Chalut toi  Hourra
Bravo pour ta fiche, elle envoie du pâté intergalactique qui décoiffe sa maman la princesse Leïla. surprise 
Je suis arrivée après qu'Angie m'en ai informée, et ouloulouloulou la première chose qui m'a sauté aux yeux, c'est ton avatar, qui m'a à peu près fait cet effet : "oh mon dieu mon dieu mon dieu agnnablbllbbllblblllll JE L'AIME." 
Ensuite, j'ai eu un peu de mal avant de comprendre son pouvoir (je suis juste lente à la détente en fait). Mais franchement, c'est vraiment bien trouvé, j'aime beaucoup l'idée, je me demande si tu as gardé des métaux en réserve pour plus tard... hehe.
Et puis j'ai adoré la façon dont tu as choisi de décrire, le journal, et les témoignages... je suis sous le charme. *-*
Bref. J'aimerai énormément avoir un lien avec ton personnage, j'ai eu des idées quand tu décrivais la réaction des bleus qui découvraient le visage de Wayne : avec Eyden, vu qu'il ne voit pas grand chose, ça ne posera pas de problème, et blablabla, j'espère que tu m'as comprise :3 
Good game, j'aime cette fiche et je l'adule (même si Angie c'est ma femme à moi.). 

Amour et cookies Papier toilette
Revenir en haut Aller en bas

Ex-commandant

avatar
Wayne Balth

Localisation : Dans la maison de ma femme
Métier : Serviteur de ma femme
Humeur : Heureux avec ma femme
Crédits : http://lorandesore.deviantart.com


Feuille de personnage
Métier: CRAPA ... Commandant Recherché Activement Par l'Autorité.
Âge : 39 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Wayne Balth - L'Allomancien   Dim 25 Oct - 2:05

JE SUIS TURQUOIIIIIIISEUUUUUUH !!!! surprise

Merci à vous tous, je suis choquée de vos réactions, ça me touche vraiment beaucoup Retour en force ! *sait plus où se mettre pour cacher le rouge sur ses joues*

Owiiiii des liens !! inlove Envoyez-moi un mp et tout Pompom

Des métaux en réserve ? Qui sait ! Hehehe
Revenir en haut Aller en bas
http://ewilan.jeun.fr


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Wayne Balth - L'Allomancien   

Revenir en haut Aller en bas
 
Wayne Balth - L'Allomancien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Down - JAY SEAN - LIL WAYNE
» Gallerie de Wayne Reynolds
» ZzTop Wayne
» WAYNE REYNOLDS
» Hello pretty and young girl! Feat Wayne Sae Hee ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dakeris RPG :: Point de départ :: Registre des personnages :: Présentations validées-