Partagez | 
 

 L'heure du renouveau [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Dresseuse

avatar
Angie Aïel

Âge : 20
Localisation : Ville de Saester
Métier : Dresseuse
Crédits : selenada


Feuille de personnage
Métier: Dresseuse
Âge : 20 ans
Inventaire:

MessageSujet: L'heure du renouveau [Terminé]   Jeu 27 Aoû - 23:29

«  L'heure du renouveau »

Angie Aïel & Engun Oswell


L’heure avait sonné.

Elle ouvrit les yeux d’un coup, comme en sortant d’un rêve brusquement. Son visage se découpant dans la pâle lumière qui régnait dans la chambre, elle se redressa comme une automate, s’assit sur son lit en rejetant les couvertures. Son regard se posa sur le réveil à côté d’elle, qui indiquait quelque chose comme 5h30 du matin. Elle fit un mouvement, ses jambes nues se posèrent sur le tapis doux de la pièce. Prenant ses appuis sur le lit, elle se leva doucement, puis attrapa des vêtements un peu au hasard tandis que ses yeux encore embrumés de sommeil pleurnichèrent quand elle les frotta énergiquement pour les garder ouverts. S’habillant sans plus attendre, elle se rassit de nouveau et entreprit de nouer ses bottes.
Et bien sûr, comme elle allait trop vite, elle se rata lamentablement au niveau des lacets. Accrocher lundi à mardi n’était pas certes très esthétique, mais peu importe, personne n’allait accorder d’importance à ce genre de détails. Et elle avait beaucoup plus important à faire. Une naissance, par exemple.

Elle sortit de la maison en enfilant dans un même mouvement son éternel manteau pourpre. Puis elle se mit à courir, l’excitation surmontant de bien loin la fatigue qui n’était plus déjà qu’un souvenir. Quand avait-elle était aussi impatiente ? Elle ne s’en souvenait plus. Cela devait remonter aux souvenirs anciens qu’étaient ceux de son enfance. Un entremêlement de douceur,  entouré de joie, nappé d’amour, avec une odeur de bonbon à la framboise.
L’aube était proche, une lumière faiblarde filtrait entre les maigres ouvertures vers l’extérieure. Il n’y avait pas d’activités dans les rues, un silence quasi-complet était présent. C’était normal. Personne ne se levait aussi tôt à Saester, sauf les boulangers et autres artisans. Elle les admirait. Elle avait toujours voulu savoir faire ses propres croissants au beurre.

Elle parvint aux écuries en un temps record. Elle regarda autour d’elle tout en s’engouffrant dans le grand bâtiment. Elle n’y avait pas âme qui vive dans les lieux, à croire qu’elle était seule. Pourquoi personne n’était là ? Elle sourit toute seule en se souvenant que nous étions dimanche, qu’il était extrêmement tôt, et que la naissance devait normalement avoir lieu uniquement en fin de matinée. De toute façon, il n’y avait qu’elle qui devait être là ce matin.

…101, 102, 103, 104…
Les stalles à sa droite défilaient à la cadence de sa marche rapide. Et plus elle se rapprochait, plus l’anxiété montait. Serait-elle capable de réussir seule ? Elle fut tentée d’aller chercher les autres dresseurs mais elle se ravisa. La responsabilité de cette naissance lui incombait. Elle était Dresseuse à présent. Elle n’était plus une apprentie. Elle pouvait le faire.

133.
Elle s’arrêta net, inspira, expira. Pourquoi cette peur ? Elle avait déjà vécu cette situation. Elle n’avait pas peur, elle craignait juste que quelque chose rate. Mais tout devait bien se passer, il fallait arrêter de se poser des questions stupides et agir maintenant. C’est ce qu’elle fit.
Elle ouvrit la porte.
Un sourire tomba sur ses lèvres.
Dans la paille était allongée une femelle Misko. D’un beau bleu clair, elle posa son regard sur la jeune femme qui venait les interrompre. Celle-ci leva doucement les mains en guise de paix et prononça des paroles d’apaisement à l’intention des deux parents. Le mâle, gris de son côté, l’observait avec plus d’agressivité, mais il se calma petit à petit. Angie les connaissait, ils la connaissaient également et devinaient sans peine qu’elle n’était pas venue pour leur faire du mal, ni pour nuire à ce qui allait se passer. La jeune femme posa alors son regard sur l’unique œuf, au centre dans la paille, couvé des yeux par le couple.
Un unique œuf.
Les Miskos ne se reproduisaient qu'une fois tout au long de leur vie, et leur portée était composée de deux à six œufs. Cette naissance était une exception.
Une exception dont on avait confié la charge à Angie. Elle s’était tout d’abord trouvée très surprise, puis avait essayé de protester que les autres étaient plus aptes à assurer la survie du petit Misko qui allait naitre. Étant le seul œuf de la portée, il avait plus de chances de mourir car il naitrait plus faible, et personne ne désirait cela. On avait besoin des Miskos actuellement. Angie ignorait pourquoi, mais les missions d’exploration semblaient se multiplier comme des souris, et le besoin en Misko était grand. La jeune femme n’avait jamais aimé offrir, si on pouvait appeler ça « offrir » des Miskos à l’armée, alors cette nouvelle ne l’enchantait pas tellement.

Elle s’installa alors dans la paille, sans être trop proche des parents parce qu’ils n’allaient pas aimer ça, mais suffisamment près pour observer l’œuf et intervenir en cas de besoin, ce qu’elle n’espérait pas.

Puis l’attente vint.
Allongée sur le sol, adossée au mur, jambes repliées contre elle, elle attend, dans le froid de ce matin d’hiver. Elle regrette de ne pas avoir pris de gants, mais elle ne va pas se plaindre, elle ne veut pas être nulle part ailleurs en ce moment.
Elle observe l’œuf.
Parfait ovale bleuté, il est strié de quelques failles qui prouve que l’éclosion commence.
Patience.


Dernière édition par Angie Aïel le Sam 17 Oct - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://dakeris-rpg.forumactif.org/

Lieutenant

avatar
Engun Oswell

Localisation : Somewhere only I know
Métier : Lieutenant -Instructeur Tivys
Humeur : Ya donut wanna know, pal
Crédits : CarrotCakeBandit sur DA & Angieladroguée


Feuille de personnage
Métier: Lieutenant
Âge : 21
Inventaire:

MessageSujet: Re: L'heure du renouveau [Terminé]   Ven 28 Aoû - 20:49

4h29 du matin. Le silence était au rendez-vous au sein de la grande ville souterraine de Saester. Hommes et animaux étaient parfaitement endormis, même les lèves-tôt se noyaient encore dans un monde onirique, rêvant probablement de choses heureuses comme la disparition des monstres qui englobaient l'île.
Quelques lumières diffusées par des torches éclairaient d'une douce couleur orangée chaude les parois rocailleuses, striées par les minuscules sillons d'eau qui s'y écoulaient autrefois, avant que l'homme ne vienne se mêler des souterrains de l'île.
4h30. Les minutes passaient lentement mais ce n'était sûrement que l'impression que j'avais. J'ai toujours l'impression que chaque seconde représente une année ici. Mon visage que me laisse transparaître le miroir accroché dans la salle de bain sur le mur en face de moi me semble fatigué. La nuit blanche d'hier ne m'avait pas vraiment aidé même si je n'avais jamais vraiment ressenti le besoin de dormir longtemps. Maintenant, c'était plus une sorte de fatigue accumulée qui me perturbait... Pas la peine de rêvasser. Je me force à asperger mes yeux d'une eau glaciale mais néanmoins parfaitement claire pour achever de m'éveiller. 

Tout en me préparant pour sortir de l'espèce de maison auquelle j'ai eu droit  en arrivant ici, je réfléchis à l'étrange panique que l'on pouvait lire hier dans les yeux des soldats de la troupe d'expédition d'hier. Ils avaient apparemment vu quelque chose, un groupe de Zéros non loin de la frontière. Je ne voyais rien d'anormal à cela, ce n'était pas la première fois qu'on on voyait aux alentours. Même lorsque je survolais nos bois avec Harnell, je pouvais parfois les voir renifler les gigantesques arbres millénaires au tronc massif, puis reculer avec dégoût en sentant l'odeur de l'homme. Malgré cela, la décision de notre chef des armées avait été prise sans trop de réflexion; l'ensemble des soldats qualifiés allaient devoir faire des rondes dans et à l'extérieur de la ville dès 5h du matin. 
Et encore, pour l'instant, je devais rester en intérieur.

Je ricane intérieurement. Je les soupçonne encore de vouloir garder un oeil sur moi même s'il savent pertinemment que je n'ai plus aucune raison de filer d'ici maintenant. J'attrape mon manteau et l'enfile rêveusement tout en vérifiant à nouveau l'heure. 4h58. Il fallait y aller maintenant. Je saisis mon écharpe, mes armes que je flanque dans ma veste, même si je n'en ai pas eu l'utilité depuis longtemps et je franchis la porte de la bicoque dans laquelle je vis.

"Bon. Par où aller en premier...?"

A vrai dire, rien ne me fait envie. Mais dans l'armée, l'envie ne joue pas de rôle majeur. Je soupire en levant les yeux au ciel, ce qui permet d'admirer le ô combien magnifique plafond des souterrains. 

"Bon. Direction les écuries. Au moins, je pourrais voir Harnell."

Mon pas est assez lent mais vif, ce qui me permet d'avancer raisonnablement sans pour autant rater le paysage endormi autour de moi. Les maisons -qui sont plus des espèces de bunker selon moi- brillent d'un éclat métallique, les parois rocheuses sont étrangement mouillées malgré l'absence d'eau en ce moment, les quelques végétaux plantés ou cultivés sous terre sont quasi-immobile, quelquefois secoués par une brise provenant d'une des brèches de la grotte. Depuis l'entrée principale que je peux voir au loin, je note la lueur rouge orangé matinal, signe que le soleil se lève et que le noir d'encre nocturne cède sa place à la lumière. 
Mes pieds traînent contre le sol, remuant de la poussière grise tout autour de moi. D'ailleurs mes chaussures auraient besoin d'un lavage mais je n'ai pas vraiment le temps de m'en occuper. J'ai d'autres priorités en ce moment. Tout est calme à Saester et les gens se la coulent douce pour la plupart mais les lieutenants, eux, n'ont pas le droit de se reposer. Génial.

Quelques minutes plus tard, les différentes odeurs animales parviennent à mes narines et me font lâcher un léger sourire. Je suis habitué à cet edroit, presque autant que ceux qui s'occupent des bêtes par ici. Les Miskos, les Sygrasils, les papillons, ce sont tous des espèces que j'admire. Ma préférence va quand même aux Tivys; ces grands oiseaux qui peuvent se lier à un humain pour le restant de leur vie, fidèles, majestueux, rapides, intelligents et puissants. Enfin, mon amour pour ces oiseaux est probablement dû au fait que j'en possède un. Et pour rien au monde je ne m'en séparerai.
Ma route me fait traverser parmi les boxs des Miskos, ces étranges créatures chevalines bleu-gris très soignés et intelligentes. En ce moment, les patrouilles d'exploration ne s'en séparent plus. Je me demande s'ils ne sont pas en train de baliser le territoire ou de poser des pièges. Ce n'est pas ça qui arrêtera les Zéros mais après tout, mon avis n'a pas l'air de beaucoup compter pendant les réunions.

Il me semble soudain entendre un bruit. Je m'avance vers l'un des portiques en bois et reconnaît la fine silhouette d'Angie. La présence de deux animaux adultes, bleu et gris ne m'étonne pas plus que cela. Ce qui est surprenant c'est l'unique oeuf au centre d'un nid de paille, parfaitement ovale, bleu. Parfaitement parfait.

Angie ne m'a pas encore vu, absorbée par la contemplation du porteur de vie. C'est bien elle, ça. Je me demande pourquoi elle s'occupe de cette naissance seule, malgré son excellent niveau, cela va sans dire. Ses beaux cheveux retombent le long de ses épaules, parfois désordonnée. Je ne les vois pas, mais je sais ses beaux yeaux pétillants fixés sur le futur bébé. C'est l'une des seules personnes que je "couve" d'une certaine manière. Je considère plus ça comme une profonde amitié.
Je reste silencieux, l'étrange caillou remue parfois, l'éclosion ne devrait plus trop tarder. Et bientôt, une petite créature inoffensive sortira de l'oeuf, tentera de se redresser et se pressera vers sa mère sans attendre plus longtemps.
Revenir en haut Aller en bas

Dresseuse

avatar
Angie Aïel

Âge : 20
Localisation : Ville de Saester
Métier : Dresseuse
Crédits : selenada


Feuille de personnage
Métier: Dresseuse
Âge : 20 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: L'heure du renouveau [Terminé]   Sam 29 Aoû - 22:11

Tant de choses se bousculaient dans sa tête que cela lui donnait presque la migraine. L’incertitude de ne pas réussir. L’impatience associée à l’éclosion de l’œuf. Le stress à l’idée de penser que le bébé naisse albinos, ce qui ne serait pas une bonne chose. Pas de son point de vue, naturellement. Les Combattants préféraient ne pas prendre d’albinos dans leurs rangs, sauf s’ils en étaient contraints. La raison était qu’ils étaient plus visibles, plus vulnérables. Et aussi qu’ils vivaient moins que des Miskos de bonne couleur. Cette sorte de discrimination révoltait Angie. En quoi un Misko blanc était plus faible qu’une autre couleur ? Ce n’étaient que des principes fondés sur des tissus de mensonges. Personne dans ce monde n’était inférieur à un autre. Et cela s’appliquait également pour les Exilés. Ils avaient autant le droit de vivre en sécurité à Saester que les autres. Même si elle défendait courageusement ce qu’elle pensait à leur sujet, peu de gens faisaient échos à ses idées, et encore moins la rejoignaient.

L’humanité n’était plus ce qu’elle était si l’on rejetait une « catégorie » d’humains.
C’était désespérant.
Et ça lui donnait encore plus de motivation pour changer cela.

Perdue dans ses pensées, elle n’entendit pas le pas pressé de quelqu’un qui marchait dans les couloirs des écuries, avant de s’immobiliser à l’entrée du box. Ce fut un mouvement à la périphérie gauche de sa vision qui lui fit tourner la tête et relever les yeux vers l’inconnu. Elle discerna sans grande peine son visage dans la semi-ombre de l’aube. Mâchoire carrée, traits fins, yeux neutres fatigués. C’était Engun !
Un sourire éclaira son visage et fit briller ses yeux un peu plus fort. Une chaleur soulagée l’envahit tandis qu’elle le dévisageait avec un étonnement ravi. Elle prit la parole de sa voix douce.

- Je ne t’avais pas entendue arriver. Qu’est-ce que tu fais ici, tu ne devrais pas dormir à cette heure-ci ?

L’allégresse visible dans ses yeux n’était peut être pas suffisante à ce grand gaillard. Il allait sûrement s’assombrir, balancer platement une excuse en disant qu’il n’allait pas la déranger plus longtemps que ça, et partir sans attendre son reste. Pourtant, elle ne faisait que s’inquiéter pour sa santé. Alors elle le coupa avant qu’il n’ouvrât la bouche.

- Non, attend, ne dis rien. Viens.

Elle accompagna ses paroles d’un geste pour venir la rejoindre, ajouté à un regard du côté des parents pour voir leurs réactions potentielles. Ils couvaient l’œuf du regard, indifférents au nouveau venu. Lui faisant une place, elle reposa ses yeux ensuite sur l’œuf, comme si elle avait raté quelque chose pendant le court moment où elle avait regardé ailleurs. Rien à déclarer bien sûr. La jeune femme était nerveuse. Il fallait absolument qu’elle cesse de toujours s’inquiéter pour pas grand-chose.

Elle jeta un regard vers la fenêtre carrée incrustée dans le mur en face d’eux, et d’où filtraient les premiers rayons de soleil. Grâce à un ingénieux système d’ouvertures à des endroits spécifiques, et également avec l’aide de miroirs, la ville souterraine de Saester était éclairée, jour comme nuit, même si la période nocturne l’était beaucoup moins que pendant la journée, il en valait de soit.
Ce n’était pas mal, certes, mais cela ne valait pas le ciel nocturne de l’extérieur.

La présence d’Engun l’intriguait.
Pourquoi était-il dehors à cette heure là ? Il n’était quasiment jamais levé aux aurores. Peut être était-il préoccupé ? Quelque chose de grave s’était-il passé pour qu’il quitte la maison, leur maison ?
Il est vrai qu’elle n’avait pas regardé dans la chambre si Engun était toujours là, c’était évident. Elle s’était visiblement trompée. Angie ne l’avait même pas entendu se lever, car il devait être debout bien avant elle, elle le voyait bien aux cernes sous ses yeux. Il ne dormait jamais assez, elle le savait, et n’hésitait pas à le réprimander affectueusement en lui demandant de dormir plus, ce qu’il ne faisait jamais naturellement. Il ne s’appelait pas Engun Oswell pour rien.
Tout à son contraire, elle-même dormait toujours à poings fermés, il était rare qu’on la réveille en plein sursaut, ce qui n’était pas plus mal en y réfléchissant. Et de toute façon, elle avait beaucoup trop besoin de dormir après ses journées épuisantes. Il y avait toujours quelqu’un qui semblait avoir besoin de se confier, et chaque fois ou presque, elle était à ses côtés.
Une éponge à émotions humaines, voilà ce qu’elle était la plupart du temps.

Son regard se posa de nouveau sur Engun. Elle savait qu’il ne fallait pas le brusquer et elle pensait lui avoir donné assez de temps pour qu’il « prenne ses repères », comme elle disait. Il était un peu de ceux qui analysaient constamment la situation, elle lui laissait donc le temps qu’il fallait pour qu’il soit ouvert aux questions qui allaient suivre.
Et qu’ils y répondent, surtout, c’était un peu le but recherché.

- Tu ne sors jamais le matin… Qu’est-ce qu’il se passe ? Il y a une attaque ? Une mauvaise nouvelle ? Il s’est passé quelque chose pendant la nuit ?

Quatre questions à la fois, posées par une adorable jeune femme un peu trop nerveuse, avec un empressement un peu trop grand. Avec des yeux pétillants encore d’émerveillement pour l’éclosion qui allait survenir dans les instants à venir.
Innocence et gentillesse en toute situation.
Du Angie tout craché, en fait.
Revenir en haut Aller en bas
http://dakeris-rpg.forumactif.org/

Lieutenant

avatar
Engun Oswell

Localisation : Somewhere only I know
Métier : Lieutenant -Instructeur Tivys
Humeur : Ya donut wanna know, pal
Crédits : CarrotCakeBandit sur DA & Angieladroguée


Feuille de personnage
Métier: Lieutenant
Âge : 21
Inventaire:

MessageSujet: Re: L'heure du renouveau [Terminé]   Lun 31 Aoû - 10:37

Pendant quelques instants, j'observai Angie sans qu'elle ne me remarque. Elle était plus jeune que moi -d'un an à peu près- mais elle avait largement la maturité de quelqu'un qui sait ce qu'il a à faire. Son espèce d'empathie étrange semblait aussi jouer un rôle important dans l'histoire; à toujours vouloir aider les autres, la jeune dresseuse allait finir par se brûler les ailes... Cela ne m'empêche pas de me demander parfois pourquoi elle m'avait aidé ce jour-là. Les autres étaient prêts à m'exécuter sur le champ mais pas Angie. Sur le coup et pendant plusieurs mois, je m'étais dis que c'était dû à l'empathie naturelle dont elle disposait. Mais petit à petit, plus les mois passaient, plus je doutais de cette possibilité. C'était peut-être autre chose. La question était quoi? Peu importe, tout ce qui comptait, c'est qu'ils étaient finalement devenus inséparables et ils s'inquiétaient autant l'un pour l'autre et ce, au quotidien.

Enfin Angie sortit de sa réflexion et finit par me remarquer lorsque je bougeai légèrement mon bras contre le bois de la barrière qui me séparait des Miskos. Évidemment, comme je m'y attendais, elle me demanda ce que je faisais dehors; visiblement, j'avais été suffisamment discret pour ne pas qu'elle remarque ma sortie vers 5h du matin. Mais avant même que je ne puisse répondre d'un haussement d'épaules, Angie m'invita à entrer dans le box en se décalant pour me laisser une place en face de l’œuf. Dans un premier temps, j'hésitai, j'avais autre chose à faire et je ne pensais pas avoir envie d'entendre le blabla d'Eya pendant des heures sur mon rôle à jouer et la protection que je devais à Saester parce que blabla. Mais bon. La plupart des Saesterciens dormaient en ce moment et la chef des armées avait sûrement d'autres chats à fouetter. Et puis personne ne viendrait vérifier dans les écuries si j'étais là. Encore une fois, je soupirai discrètement puis saisis le portique en bois et le tirai vers moi avant d'entrer dans le box plein de paille. Les deux créatures ne semblèrent même pas noter mon arrivée, probablement trop angoissés et excités par l'arrivée d'un futur bébé. Un seul petit, ce n'était pas quelque chose de banal. Il fallait espérer qu'il soit en bonne santé maintenant. 

Angie aussi avait ramené son regard vers le caillou, visiblement inquiétée par cette naissance qu'elle allait devoir gérer seule. Même si je me demandais ce qu'elle pourrait faire si l'éclosion échouait. Je portai moi aussi mes yeux vers l’œuf. Il bougeait doucement, pas encore assez vivement pour que l'éclosion n'ait lieu tout de suite. Bizarrement, je sentais l'inquiétude d'Angie et des parents, à l'unisson. Ou du moins, je le voyais aux trois paires d'yeux fixés vers le futur Misko qui ne clignaient presque jamais. La température du box semblait plus élevée qu'à l'extérieur, dans les couloirs des écuries mais cela était probablement dû à la chaleur dégagée par les parents. De plus, les couloirs étaient tracés en ligne droite, bifurquant seulement pour marquer les boxs d'espèces différentes. De ce fait, les courants d'air y étaient plus fréquents et c'était sûrement cela qui causait cette différence. Je me souvins qu'en temps normal, j'aurais dû aller saluer Harnell. Finalement, je me retrouvais ici, assis dans la paille et spectateur d'une scène que je n'avais pas l'habitude de voir. J'avais plus l'impression d'être en trop que de servir ici.

Quand à nouveau Angie reprit la parole,je marquai un temps de réflexion. Ce que je faisais là? Eh bien...

-J'aurai préféré dormir, vraiment. Les troupes d'éclaireurs ont vu des Zéros près de la frontière. Évidemment, c'est la panique. Et donc tous les soldats montent la garde. Je suis venu ici pour voir Harnell à la base mais puisque tu es là, autant que je te rejoigne aussi. 

Je tournai mon regard vers l’œuf, l'air de lui demander si c'était pour bientôt. Je ne pensais pas rester là, je ne voulais pas la gêner quand le nouveau-né sortirait de l’œuf. D'un autre côté, assister à un tel événement me plairait bien aussi. Et puis, je voulais absolument connaitre la couleur de ce Misko-là. Son père était gris, sa mère bleue. Si l'enfant était albinos, la famille serait vraiment étonnante en elle-même. Mais je ne donnai pas cher de sa peau. Aucun cavalier ne voudrait de lui. Bien ridicule. Je jetai un oeil à ma montre; les Saesterciens devaient encore dormir, cela me semblait évident. Si l'enfant était albinos, quelqu'un accepterait-il d'en faire son compagnon, ou serait-il laissé aux Dresseurs?

Cette naissance me rappelait ma rencontre avec mon propre Tivys. Maman m'avait dit que c'était assez rare qu'un de ces oiseaux ne se lie avec un exilé. Mais d'un autre côté, la liaison n'était pas réfléchie, elle était naturelle. Le lien était indéfectible. Comme avec Angie, notre amitié s'était consolidée au point que nous nous fassions confiance les yeux fermés. 

J'entendis soudain un craquement au niveau de l’œuf et je retins ma respiration. Ce n'était pas encore pour maintenant mais l'heure fatidique approchait. Je redressai la tête vers mon amie.

-Tu vas avoir besoin de quelque chose?

Pas que je me sente de l'aider -je ne connaissais quasiment rien sur les Miskos pour tout dire- mais aller chercher quelqu'un de plus qualifié ou un médicament, c'était encore dans mes cordes. L'anxiété d'Angie était encore plus présente maintenant et même les Miskos semblaient la ressentir malgré leur concentration sur leur progéniture.
Revenir en haut Aller en bas

Dresseuse

avatar
Angie Aïel

Âge : 20
Localisation : Ville de Saester
Métier : Dresseuse
Crédits : selenada


Feuille de personnage
Métier: Dresseuse
Âge : 20 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: L'heure du renouveau [Terminé]   Dim 6 Sep - 1:01

La naissance approchait à grand pas, elle le pressentait. Comme une intuition venant de nulle part. Plus que jamais, elle avait besoin de soutien. Et heureusement, Engun était arrivé. A tout hasard, certes, il était tout d’abord venu voir Harnell. C’était son Tivys, lié depuis son enfance. Il lui avait raconté comment ils s’étaient rencontrés complètement par le Hasard avec un grand H. Elle avait imaginé la scène quand il lui avait narré le souvenir de ses jeunes années, néanmoins gravé dans sa mémoire jusque probablement la fin de sa vie. Elle trouvait ça si… formidable. Angie avait toujours admiré ce lien extraordinaire qui pouvait lier les créatures aux humains. Quelque part, cela prouvait que toutes les bêtes de l’île n’étaient pas foncièrement mauvaises. Les Zéros étaient certes des monstres épouvantables, absolument impossibles à approcher des humains, mais les Tivys ou bien les Miskos étaient l’exemple même que tout n’était pas perdu. Elle avait espoir. Toujours.

Elle avait eu peur qu’Engun s’en aille, ou prétexte devoir faire autre chose. Mais finalement, il s’était assis près d’elle dans la paille, dans le box chaud où l’impatience grandissait. Il ne pouvait pas imaginer lui faire plus plaisir, elle avait de la chance de l’avoir avec elle. Même s’ils étaient diamétralement opposés tous les deux, ils étaient inséparables. Engun la surprotégeait, presque autant qu’elle même le suppliait de faire un peu plus attention à lui. Mais il ne lui obéissait jamais. Et à chaque fois, elle fronçait le nez, mécontente, avant d’éclater de rire quand il levait les yeux au ciel.

Une chose cependant, dans la réponse d’Engun à ses questions, la fit se rembrunir légèrement. Il avait évoqué la présence de Zéros près de la frontière. Ce n’était pas inquiétant à l’extrême, mais elle savait que quand ce genre de choses arrivait, la vigilance était accrue dans toute la ville, multipliant les patrouilles et renforçant les troupes. Elle soupira légèrement, attristée en apprenant qu’il allait devoir surveiller la ville plus assidûment que d’habitude. Et d’après ce qu’il lui disait, on ne lui faisait pas assez confiance pour se rendre à l’extérieur. Elle trouvait ça tellement injuste, Engun était des leurs à présent, et cela depuis toujours. C’était le privilège d’être humain qui accordait ce droit.

Un rayon de soleil entra dans la pièce, éclairant une mèche rousse de la jeune femme. Le jour se levait. Et la nouvelle ne s’était pas encore propagée. Les Saesterciens dormaient encore. Noyés dans leurs rêves d’utopie, ils auraient mieux fait d’y rester encore un peu pour en savourer les vagues de joie.

- Je comprends que cela doit être dur. Fais attention à toi, surtout.

Elle ajouta un sourire à son attention, puis reporta son attention sur l’œuf, infatigable. Elle vit du coin de l’œil qu’Engun en faisait de même. Dix petites secondes après, lassé sûrement de l’attente, il tourna le regard vers elle, lui demandant silencieusement combien de temps restait-il avant la naissance du petit Misko. Elle eut un sourire, il était tellement impatient. Efficacité était un mot qui le définissait si bien.

- La naissance était normalement prévue pour la fin de matinée, mais… j’ai senti que cela allait arriver avant.

Loin de se vanter à qui voulait l’entendre de ce qu’elle avait pu ressentir comme intuition, elle fit preuve de sa modestie habituelle, qu’elle dissimula d’un sourire doux. Elle était bien, pour le moment. La présence d’Engun était d’un soutien dont elle ne pouvait pas se passer. En principe, il est vrai que la naissance aurait du avoir lieu sans lui, mais elle ne changerait ça pour rien au monde.
Soudain, troublant le silence qui s’était installé, un craquement de l’œuf se fit entendre. La jeune femme se raidit aussitôt, comme piquée par un quelconque insecte. Sa respiration s’accéléra légèrement, un frisson d’appréhension lui remonta dans le dos. Elle était prête. Il fallait juste qu’elle se le mette une bonne fois pour toute dans la tête. C’était juste de la peur, la peur de l’inconnu, la peur de rater et de faire mal aux Miskos. Mais tout se passerait bien. Engun, comme ressentant son anxiété, releva les yeux vers elle.

-Tu vas avoir besoin de quelque chose?

Angie, trop préoccupée dans ses pensées tourmentées, ne l’entendit pas tout de suite. La jeune femme inspira tout doucement, comme pour se redonner du courage. Se mettant sur les genoux, elle approcha doucement de l’œuf, étudiant de près les fissures qui en décoraient la coquille.

- Il va arriver…

Murmure préoccupé. Elle reporta son regard sur lui, semblant se souvenir enfin qu’il lui avait posé une question.

- Je… Je crois que ça va aller, j’ai juste… peur de mal m’y prendre…

L’hésitation présente dans sa voix ne la rassurait pas, et les parents non plus.
Fixant son regard sur l’œuf qui se mit à bouger d’un petit mouvement de balancier, elle se mit à attendre.

Un craquement. Une fissure.
Encore.
Un deuxième craquement. Une deuxième fissure.

L’attente était impitoyable. Elle se tortillait les doigts nerveusement, et ses lèvres furent tellement malmenées à cause de son stress qu’elles devinrent rouge sang.
Le destin semblait vouloir s’acharner sur elle, en la faisant attendre le plus longtemps possible, jusqu’à ce que ses nerfs craquent et qu’elle fasse une mauvaise manipulation. Mais elle ne ferait pas cette erreur. Elle l’espérait…

Un petit bout de coquille fut soudain projeté à quelques centimètres de l’œuf, tandis qu’une patte dont on ne voyait que les griffes noires en sorti, pour entreprendre de se libérer de sa prison étroite.

Angie se tint prête à intervenir. Le petit sera vulnérable et de faible consistance. Il fallait le nourrir au plus vite.  Un petit pot de nourriture saine à ses côtés, ainsi qu’une couverture chaude, et une autre, froide étaient posés près d’elle, à portée de main. Il n’avait plus qu’à sortir…

Tout se précipita alors.
Une fissure apparut tout à coup, sur toute la hauteur de l’œuf, et la coquille se brisa, laissant apparaître à l’intérieur, gisant entre les deux moitiés, la pâle silhouette d’un tout petit Misko, blanc comme l’espoir.
Revenir en haut Aller en bas
http://dakeris-rpg.forumactif.org/

Lieutenant

avatar
Engun Oswell

Localisation : Somewhere only I know
Métier : Lieutenant -Instructeur Tivys
Humeur : Ya donut wanna know, pal
Crédits : CarrotCakeBandit sur DA & Angieladroguée


Feuille de personnage
Métier: Lieutenant
Âge : 21
Inventaire:

MessageSujet: Re: L'heure du renouveau [Terminé]   Dim 13 Sep - 15:29

J'observai la réaction d'Angie neutrement. Les mouvements de l'oeuf s'intensifiaient à chaque secondes, plus fort, plus violent, plus rapide, plus vivant. L'attente. Je connaissais parfaitement ça. Une bonne partie de ma vie avait été attente. L'attente des soldats à piller, l'attente d'avoir enfin quelque chose à se mettre sous la dent, l'attente du bon moment pour éviter une créature hostile. Ce sentiment qui nous rongeait de l'intérieur. Les secondes s'écoulent lentement et les minutes se font pesantes, comme si le temps se retournait contre nous. Le temps est un terrible ennemi, bien plus dangereux que les Zéros eux-même. Chaque vie est régie par un temps plus ou moins long. Et il faut se dépêcher de réaliser tout ce que l'on a en tête avant que notre dernière heure arrive.

Ce Misko avait toute sa vie devant lui maintenant. Mais j'avais le pressentiment que son temps de vie serait court. Angie se tortillait les doigts, nerveusement. Ce n'était pas la première fois mais elle mordait également ses lèvres rougies par les morsures avec violence. Alors qu'un bout de coquille décolla jusqu'à un coin du box dans la paille, j'attrapai son bras, voulant la calmer. Rassurer les gens n'était pas mon fort et ça ne le serait probablement jamais mais pour une fois j'allais essayer. Pour Angie.

Le bébé Misko était désormais sur le point de sortir de son oeuf et mes yeux se fixèrent à nouveau vers le petit caillou fissuré de toute part à présent. Les deux bêtes adultes tendirent à leur tour le cou vers leur progéniture, anxieux. Ils craignaient probablement que la naissance se passe mal. Leurs pensées devaient probablement se rapprocher énormément de celles d'Angie à ce moment-là. Je me sentais un peu mal pour ces trois-là. Et je me sentai un peu exclu de cette histoire. Je ne savais rien faire et voila que je débarquai ici comme un intrus.

Plus le temps de réfléchir, le Misko jaillit soudainement au sol, la tête tournée vers sa mère. D'un blanc laiteux légèrement brillant à cause du fluide contenu dans l'oeuf et les yeux encore fermés à cause de l'aveuglement de la lumière, la petite créature gémit doucement, de peur ou peut-être de douleur, difficile de savoir. Peut-être qu'il avait mal. Il fallait peut-être que je fasse quelque chose pour aider Angie...
Mais non, la mère du petit se rapprocha de lui en émettant un grognement rassurant et la jeune créature alla se lover vers le cou protecteur de sa mère et vers la chaleur de sa famille.

Je tournai mon regard vers Angie en lui lâchant le bras.

-Ça a l'air d'aller je crois... non? Mais il est blanc. Je pense que ça ne va lui apporter que des ennuis à celui-ci...

Je le plaignais intérieurement. Aucun soldat ne voudrait de lui sauf en dernier recours. Je le trouvai pourtant particulièrement beau et il n'y avait aucune malformation. Il avait même l'air un peu plus grand que la moyenne des enfants Misko. Mais il ne vivrait qu'une quinzaine d'années au maximum.

Je me tournai vers Angie. La tension retombait du côté des parents.
Revenir en haut Aller en bas

Dresseuse

avatar
Angie Aïel

Âge : 20
Localisation : Ville de Saester
Métier : Dresseuse
Crédits : selenada


Feuille de personnage
Métier: Dresseuse
Âge : 20 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: L'heure du renouveau [Terminé]   Dim 27 Sep - 22:57

Elle avait cru que l’attente interminable ne finirait pas. Enfermée dans sa bulle d’angoisse, elle se répétait en boucle tout ce qu’elle avait appris durant ses années d’étude. Jamais elle n’avait été aussi stressée. Quoique. Ceci était faux. Malmenant furieusement ses doigts et entaillant jusqu’au sang ses lèvres inconsciemment, elle sursauta quand Engun saisit son bras. La jeune femme était focalisée sur les bouts d’écailles qui volaient dans la paille, rapprochant le moment fatidique. Elle tourna son regard vers Engun, lui offrit un pâle sourire. Ce genre de comportement était insolite chez son ami, elle l’appréciait énormément.
Comme si la naissance marquait un temps précieux de leur existence à tous les deux.

Et à présent, elle fixe le nouveau né.
Libéré de sa prison de coquille, il se redresse dans les débris de son ancienne habitation.
Le cœur d’Angie fait un bon dans sa poitrine quand il émit un gémissement.
Se réveillant soudain de sa torpeur, elle retrouva ses réflexes. Bondit presque sur la couverture chaude à ses côtés, un biberon contenant un breuvage confectionné par elle à l’intention du bébé Misko.
La jeune femme s’immobilisa alors dans son geste quand elle posa son regard sur la faible créature qui poussa un petit cri rauque en se pressant vers sa mère. L’ensemble de la famille, enfin réunie, se pressa autour du nouvel arrivant, l’entourant de douceur et de protection.

La jeune femme sentit une moitié du poids qui lui écrasait les épaules, tendait les muscles de son corps et asséchait sa bouche, s’évaporer comme une brise douce. Il n’avait rien. Un regard plus appuyé lui confirma qu’il ne présentait, à première vue, aucune malformation physique. C’est ce qu’elle avait espéré de tout son cœur.
Angie sentit alors Engun lui lâcher le bras et tourna la tête vers lui.

-Ça a l'air d'aller je crois... non? Mais il est blanc. Je pense que ça ne va lui apporter que des ennuis à celui-ci...


Ce fut à ce moment précis qu’elle réalisa que le Misko était blanc. Il semblait presque luire grâce au liquide de l’œuf qui l’avait nourri durant sa croissance. Un frémissement la secoua quand elle remua la tête négativement.
Non.
Il n’était pas différent.

- C’est faux…
Pâle murmure reflétant son inquiétude cachée.

Elle n’acceptait même pas cette idée, s’y révoltait de toute son âme. Et tandis qu’Engun s’apprête à répondre, elle s’approche à genoux du cercle intime des Misko et tend les bras avec une assurance maitrisée en direction du nouveau né. L’attrapant doucement dans la couverture chaude, elle relève alors les yeux, à moitié cachés par les boucles rousses qui lui tombent sur les yeux. Les parents la fixent, comme lui reprochant de voler leur progéniture.
S’ensuit alors une confrontation silencieuse.
Elle, apaisant les parents d’un regard, comme si elle leur promettait que tout allait bien se passer. C’est ce qu’elle leur murmure également, mais Engun est trop loin pour entendre.
Alors, les géniteurs semblent se détendre et l’acquiescement passe dans leurs yeux ronds.

Un souffle s’échappe de ses lèvres roses alors que le petit se débat faiblement avec un petit cri de peur. S’asseyant dans la paille en tailleur, la jeune femme approche avec toute la douceur possible la faible créature vers elle, l’enveloppant de la couverture et le nettoyant sommairement. Elle réalisait seulement la chance que lui offrait le hasard. Hasard qui avait décidé que ce petit irait bien.
Angie lui fit la promesse qu’il aurait un avenir.
Parce que tout le monde a le droit à sa chance, peu importe le point de départ qu’il prend.
Le bébé émet un faible grognement quand elle approche le biberon de la gueule de la créature. Elle a un sourire, libérateur.

- Bois, vas y, c’est pour toi.

Il ne se fait pas prier et semble apprécier plus que tout la mixture. Préparée avec soins, Angie avait fait attention à que cela soit parfait. Tout devait être parfait pour la naissance. Quand le bébé se mit à ronronner, un petit bruit en continu au niveau de la gorge, la jeune femme était déjà pleinement heureuse. Sentiment qui atteint son extremum quand la bête ouvrit avec hésitation ses yeux aux prunelles rouges pour les poser sur l’humaine qui le tenait dans ses bras.

Il n’y avait plus rien à craindre.
Ce petit deviendra fort, elle avait déjà observé qu’il était quelques centimètres au dessus de la moyenne. Il avait un avenir, elle allait lui assurer.

Serrant dans ses bras le petit être qui se réchauffait petit à petit, elle tourna la tête vers son ami. Le soulagement peignait son visage, elle souriait et ses yeux brillaient.

- Le fait qu’il est albinos n’y changera rien. Il sera un Misko exceptionnel. Je le sens.


Non, ce n’était pas de la naïveté, à croire que tout allait se passer parfaitement dans le meilleur des mondes possibles. Juste une intense conviction, une certitude inébranlable.
Qu’elle ferait tout pour défendre bec et ongles contre l’injustice et le rejet.
Revenir en haut Aller en bas
http://dakeris-rpg.forumactif.org/


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'heure du renouveau [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'heure du renouveau [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est l'heure du Renouveau !
» L'heure des comptes [PV. Crowcrow-chou] [Terminé]
» Haiti à l'heure d'un renouveau :situation socio-économique
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» [TERMINÉ ] Episode n°2 : Sur la promenade de Miami... [ A & P]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dakeris RPG :: Ville Souterraine :: Zone militaire :: Ecuries-